UN CRIME À BUCKINGHAM PALACE de SHERLOCKOLOGY.

UN CRIME À BUCKINGHAM PALACE de SHERLOCKOLOGY.

UN CRIME À BUCKINGHAM PALACE de SHERLOCKOLOGY.



NOM DU PATIENT : SHERLOCKOLOGY
NUMÉRO DE CHAMBRE : 013
ÉTAGE : ENDOCRINOLOGIE
STATUT : GUÉRI

UN CRIME À BUCKINGHAM PALACE de SHERLOCKOLOGY.

« Londres 1891

Une personne importante est retrouvée morte à Buckingham Palace. Des questions vont se poser suite à cette étrange affaire qui sort de l'ordinaire. Sherlock Holmes va bien sûr être appelé pour mener l'enquête mais à quel prix ? Le moindre petit témoin ou indice disparaît aussitôt découvert et de plus, le meurtre au Palais Royal semble être un minuscule fil provenant d'une gigantesque toile d'araignée...

Les morts inexpliquées se succèdent, l'ennemi semble frapper de partout et le pire c'est que Sherlock Holmes se sent manipulé... Un comble pour lui !

John Watson, fidèle au poste, sera lui aussi mis à rude épreuve. Le docteur va apprendre à ses dépens que le méchant de l'histoire n'est pas celui qu'on croit... »

UN CRIME À BUCKINGHAM PALACE de SHERLOCKOLOGY.

UN CRIME À BUCKINGHAM PALACE de SHERLOCKOLOGY.

Le cas clinique de ce jour est une fanfiction Sherlock Holmes, un personnage que j'apprécie beaucoup dans ses multiples facettes, mais dont j'avoue n'avoir lu que deux livres (Une Etude en Rouge et Le Chien des Baskerville pour ne pas les citer). J'avoue donc ne pas être des plus calée sur l'histoire originelle telle que l'a contée Conan Doyle, et peut-être un peu trop influencée par d'autres réinterprétations (notamment le Sherlock de la BBC et M.Delhumeau dans 66 Exeter Streetécrit par Sandra), je m'excuse donc d'avance auprès des connaisseurs si je dis de grosses bourdes.
 
Le blog a un bel habillage, avec des tons très sympathiques, bien accordés et qui je trouve correspondent bien à l'histoire. Les images tirées du film de Guy Ritchie apportent un plus et nous annoncent d'entrée où l'on met les pieds. Niveau organisation, je trouve que l'on est un peu trop assailli d'informations dès la première page du blog, et que l'on peine donc à démêler ce qui nous est vraiment utile de tout le reste dans les plusieurs articles de présentation. D'autant que ce blog contient plusieurs One-Shot et romans courts, et qu'il est donc parfois difficile de retrouver ce qui vous intéresse. (bon c'est aussi ma faute, je n'ai vu qu'après qu'il y avait un sommaire en première page indiquant tout cela, mais peut-être faudrait-il penser à re-hiérarchiser les infos pour qu'il soit plus facile de les trouver).
Autrement c'est un très beau blog, harmonieux et la lecture en est agréable. (Peut-être aérer un peu plus le texte avec des sauts de ligne et agrandir un chouille la police d'écriture, personnellement ça ne m'a pas dérangée mais je sais que certains lecteurs ici ont des yeux plus sensibles).
 
L'écriture est pleine de potentiel et surtout, elle ne cesse jamais de s'améliorer. En commençant Un Crime à Buckingham Palace, j'ai trouvé le style pas mauvais, sans être transcendant, contenant des choses intéressantes mais encore un peu vert. Un manque d'expérience qui se traduisait par le fait que l'écriture ne possédait pas réellement de « patte » personnelle, un petit quelque chose qui en ferait toute la saveur et le ferait passer de « agréable à lire » à « marquant ». Certains passages étaient par moment encore un peu maladroits, bref, on sentait que l'auteur se cherchait encore un peu et que le style avait besoin de maturer, tout en contenant de très bons éléments. Cette impression s'efface de plus en plus alors qu'on progresse dans l'histoire, et même si on a toujours besoin d'encore progresser, je le trouve bien meilleur à la fin qu'au début du roman, les maladresses disparaissent peu à peu et l'écriture prend plus de corps. En tout cas, que l'auteur continue dans cette direction parce qu'il est en bonne voie !
 
Parmi ces défauts qui deviennent de moins en moins présents au fur et à mesure du texte, je pense notamment au développement des personnages. Au départ, je trouvais qu'ils manquaient un peu de subtilité et de fond. Certains dialogues sonnaient plus naïfs que d'autres, moins naturels, et les personnages étaient moins creusés, laissaient l'impression qu'ils étaient juste effleurés, et que seuls certains traits plus évidents ressortaient, alors que les complexités de leur personnalité n'étaient pas mentionnés. Moi qui aime que tout ne me soit pas présenté sur un plateau d'argent, que l'on puisse deviner, percevoir, que le personnage s'impose à nous plutôt qu'il nous soit imposé, je trouvais qu'on nous mâchait un peu le travail. Quelques « incohérences » aussi (ou plutôt exagérations), notamment Sherlock Holmes qui passe son temps à avoir l'air agité, bouleversé, lui qui est d'ordinaire plein de « flegme et de sang-froid » comme le dit le texte lui-même, sauf que ce flegme, on le voit quand même très peu...
Je suis heureuse de pouvoir dire que ce point s'efface avec la progression de l'histoire et qu'à la fin, les personnages sont bien plus convaincants, cohérents et attachants qu'au début ! (Les petites rivalités puériles entre Sherlock et Mycroft m'ont d'ailleurs bien fait rire, et le Dr Watson est touchant de bonne volonté. Je le trouve d'ailleurs assez fidèle au Watson de Conan Doyle si je peux faire confiance à ma pauvre mémoire).
Attention par contre à la profusion de personnages secondaires, surtout pour les gens qui ont du mal avec les noms des protagonistes (coucou). J'ai notamment eu du mal à replacer Jim Madrigan et impossible de me rappeler qui est Johnson, peut-être que rajouter une petite phrase dans le texte pour rafraichir la mémoire du lecteur (du genre « c'était [Machin], le policier que l'on avait vu monter la garde devant le palais ! Oh mon dieu, le petit scélérat ! ») pourrait être pas mal.


Autre petit point que j'aurais aimé relever : je trouve qu'il manque un peu de description et de précision sur le contexte / les décors qui font qu'on a du mal à se représenter les lieux ou les scènes, et qu'on se demande par conséquent parfois un peu ce que les personnages fabriquent. (ou impression d'incohérence, comme on n'est pas vraiment sûr de où se trouvent les personnages, on dirait parfois qu'ils se téléportent / sont présents pile poil au bon moment alors qu'ils n'avaient pas forcément de raison d'être là / etc.)
 
Typiquement, quand Holmes arrive déguisé comme Loyd, on ne sait pas trop à quoi ressemble Loyd (une description a peut-être été faite la toute première fois qu'on le rencontre mais personnellement je n'en avais pas retenu grand chose, à part ses yeux verts, pas d'élément vraiment frappant qui ressorte), on ne sait pas non plus à quoi ressemble le déguisement de Holmes du coup on se demande comment Watson et Mycroft ont pu se faire avoir.
 
Bon de là à bourrer le texte de descriptions qui n'en finissent plus ou de longs passages de narration chiants, il y a un monde, hein ? Il ne faut pas perdre le dynamisme très plaisant de l'écriture, mais il faudrait arriver à trouver un juste milieu. Cet élément (comme le reste) s'efface néanmoins par la suite, peut-être parce que l'écriture prend une touche plus personnelle et qu'elle compense du coup ce « manque » de description en instaurant une véritable atmosphère. En tout cas, à la fin, ça m'a moins manqué.
 
 
 
Pour ce qui est de la structure, il y a quelques passages un peu bizarres. Du genre SPOILER quand ils arrêtent Loyd, ils découvrent qu'il n'est pas responsable des lettres de menaces les plus graves et qu'il y a sûrement bien plus à cette affaire, mais lorsqu'ils reprennent leur discussion, on dirait qu'ils partent du postulat que l'affaire est réglée, sauf Holmes, qui trouve que quelque chose cloche chez Loyd ? alors qu'il avait déjà émis cette même hypothèse validée par Watson et (je crois) Mycroft juste avant ?
 
Idem dans le chapitre 1, Holmes répète assez souvent « il s'est suicidé »... et pourtant, à chaque fois qu'il fait l'annonce, on dirait que les personnages l'accueillent comme si c'était la première fois que l'hypothèse était faite. Je pense que ces dialogues pourraient être écourtés au profit d'autre dialogues – les déductions de Holmes par exemple, ou comment il est arrivé à cette conclusion, plutôt que de la répéter en boucle.
 
La réaction de Lestrade après SPOILER l'incendie chez MacNiels me semble un peu trop débordante de bêtise et pas forcément justifiée, de ce que l'on a vu du personnage. Il est un peu trop prompt à clore l'affaire alors qu'il est d'ordinaire, sans être un génie, plus lucide que ça.
 
Et, cela rejoint ce que je disais sur le fait qu'on ne se représente pas très bien les lieux où se trouvent les personnages, mais comment se fait-il que Jimmy Madrigan ait été juste en bas de l'appartement de Baker Street, prêt à monter sur demande de Lestrade ? Pareil, Lestrade mentionne pouvoir siffler tous ces autres sergents, est-ce qu'il s'est ramené chez Holmes avec tout Scotland Yard ? Peut-être que quelque chose m'a échappé dans ce passage, mais c'est pourquoi il faudrait peut-être un peu plus de précisions de décors.
 
Bref deux trois cafouillis du genre, pas très graves et pas très nombreux, mais qui brisent la continuité de l'intrigue. Cependant, ces « incohérences » minimes deviennent de moins en moins nombreuses au fur et à mesure qu'on avance dans l'histoire.
 
 
 
Je tiens en tout cas à dire que l'intrigue est très dynamique sans l'être trop, de bonnes idées, pas mal de rebondissements. On n'a pas le temps de s'ennuyer, on a l'impression que la clef du mystère nous attend déjà alors qu'on n'en est qu'au 3e chapitre, et on se fait bien avoir lorsque l'histoire repart de plus belle. On se prend au jeu, on a envie de savoir la suite. Du bon ! Peut-être un peu trop de simplicité dans les résolutions d'affaire, sans aller jusqu'à les avoir devinées à l'avance, elles ne m'ont pas surprises ou en tout cas ne m'ont pas fait dire « OMG WTF » comme c'est généralement le cas lorsque je lis un roman policier. (coucou Madame Christie) (je suis le plus gros mouton qui existe sur cette Terre, je suis incapable de me rendre compte qu'un auteur me mène sur une fausse piste par le bout du nez).
 
De bon éléments et notamment une intrigue qui nous prouve à répétition que ce que l'ont aurait pu prendre pour des incohérences n'en sont pas. (les choses qui se passent trop vite ou trop « facilement » notamment...). C'est agréable que l'auteur ne soit pas tombé dans la facilité, on sent qu'il n'a pas relâché un instant son désir de nous surprendre et de nous offrir quelque chose d'intéressant. Les indices sont dissimulés avec soin, j'ai beaucoup apprécié ça. On sent un peu venir la révélation sur le cerveau de l'affaire, parce qu'après tout c'est un Sherlock Holmes, mais celle-ci reste néanmoins bien amenée. Petit minuscule bémol : la révélation sur le Club Diogène me paraît un peu précipitée et maladroite même si tout le monde s'en doutait depuis un bail (sauf cette bonne poire de Watson).
 
 
 
Synthèse d'hospitalisation:
 
En bref, peut-être pas le meilleur ou le plus surprenant des récits d'enquête, mais beaucoup de potentiel. Très plaisant à lire, un respect du genre et une connaissance de l'œuvre originale vraiment très poussés (il me semble, en tout cas), le ton est très adaptés, il y a pas mal de passages amusants et les personnages sont construits sur une très bonne base. Le style est encore en train de maturer mais très intéressants, plein de bons éléments, je salue les efforts de l'auteur et l'encourage à les poursuivre. D'autant que les quelques maladresses présentent au début ont tendance à s'effacer au fur et à mesure que l'histoire avance, et que l'auteur maîtrise mieux son récit. A lire, cette fanfiction vous tiendra en haleine !

Critique réalisée sur l'entièreté de la fiction.

UN CRIME À BUCKINGHAM PALACE de SHERLOCKOLOGY.

Tags : C. - (un) Crime à Buckingham Palace. - Endocrinologie. - Guéri. - Diagnostic rendu. - Anda. - Tachycardie. - Pathomimie.

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.167.29.208) if someone makes a complaint.

Comments :

  • sherlockology

    18/09/2015

    Message bien reçu (en retard certes) mais je n'ai pas d'autres fictions inscrites dans ce répertoire.

  • sherlockology

    28/06/2015

    Merci !

  • sherlockology

    02/05/2015

    Bonjour bonjour !

    Une nouvelle image a été réalisée pour l'histoire => http://auto.img.v4.skyrock.net/6493/86386493/pics/3182039853_1_13_fGdQ0wAb.png

    Merci beaucoup de mettre à jour !

    Bonne journée à vous !

  • sherlockology

    01/05/2015

    J'ai l'impression d'être en état de mort clinique en voyant mon EGC xD

  • sherlockology

    20/01/2015

    Devenir critique à l'Hôpital m'aurait beaucoup plu ! J'ai même hésité à accepter ! Mais j'ai un emploi du temps chargé en semaine et peu de temps pour moi en week-end... Ecrire une fiction tient déjà du miracle. Désolé Sunrise de décliner ton invitation. J'espère néanmoins que tu trouveras des gens motivés !

  • sherlockology

    01/09/2014

    Merci beaucoup et beau travail ! Toutes mes félicitations aux personnes qui gèrent ce blog avec brio !

  • sherlockology

    01/09/2014

    Article OK, rien ne manque, tout est parfait ! Je fais un lien du blog à partir du mien :) Il ne manque plus que le diagnostic que pourra être réalisé par l'interne Anda ou le médecin Blue, merci.

Report abuse