WAVES BURST de ALINE.

WAVES BURST de ALINE.

WAVES BURST de ALINE.


NOM DU PATIENT : ALINE
NUMÉRO DE CHAMBRE : 007
ÉTAGE : ENDOCRINOLOGIE
STATUT : MALADE

WAVES BURST de ALINE.

« Un jour, on m'a demandé pourquoi j'aimais tant la mer. J'ai répondu que cela me rendait triste, et on n'a pas compris.

On m'a ensuite demandé d'expliquer pourquoi je trouvais cela triste, et j'ai été incapable d'expliquer.

La mer est triste, parce qu'elle reflète la vie. Les vagues sont a l'image de notre vie.
Elles vont au fil de l'eau, parfois grandes, parfois belles, parfois violentes, dangereuses, puissantes, imposantes, mortelles, douces, calmes, mélodieuses, insignifiantes. Mais toutes ces vagues vont vers un seul et même destin. Celui de trouver une plage, un rocher, une falaise, et de s'y écraser pour se répandre en des millions de gouttelettes.
Et elles meurent.
Avec plus ou moins de fracas, de violence, d'harmonie, mais elles meurent. Pas une n'échappe a son dessin.

Comme nous tous. Peu importe que l'on soit beau, grand, puissant, timide, violent, impulsif, colérique, ou au contraire doux, sensible, gentil.
Nous voguons vers notre mort.

Voila la réponse a la question que je n'ai jamais su donner »

WAVES BURST de ALINE.

WAVES BURST de ALINE.

L'histoire, sa construction.
Cette critique sera assez courte, car il est dur de trouver des défauts à cette fiction sur seulement sept formidables chapitres ; mais la chef a dit « prioritaire » alors on obéit.

Cette fiction racontée à la première personne, retrace la vie d'une jeune fille qui voit toujours le verre à moitié vide. L'histoire ne débute nullement sur une bonne petite présentation du personnage et de son environnement, mais sur ses réflexions et sur sa façon de voir le monde. Autant dire que si on ne sait pas qui raconte, on sait très bien à quoi s'en tenir avec ce personnage principal, et ce n'est pas très enjoué. Je dirais que son rapport à la vie est à la fois poétique et torturé, asociale, elle préfère se concentrer sur ce qui l'entoure. Les rapports faits entre l'existence humaine et l'environnement naturel sont vraiment très forts, très pessimistes et très philosophiques. Je soupçonne ce personnage d'avoir un peu trop lu de Théodore Monod...
Ensuite il y a les relations humaines en elles-mêmes, compliquées, conflictuelles, parfois hargneuses, en bref, des relations que l'on connaît tous à partir du moment où une personne nous prend gentiment la tête, sauf que pour Iris ça signifie qu'elle n'évolue pas et qu'elle restera enfermée.

C'est au quatrième chapitre que l'on est vraiment fixé sur la nature de l'histoire : cette Iris est une cinglée parmi les cinglés qu'un hôpital psychiatrique peut comporter. Et toutes ses comparaisons, toutes ses réflexions sur le monde, sur ce qui l'entoure, prennent donc une autre dimension.
Hormis cette révélation, il ne se passe pas grand-chose dans cette fiction pour le moment. On ne sait pas encore de quoi souffre le personnage principal, mais on a bien cerné son caractère, et on ne sait pas non plus à quelle sauce Iris peut-être mangé dans cet hôpital (car on se doute que les psys peuvent faire mieux que de l'ennuyer avec son prénom qu'elle déteste).
Bref, cette fiction n'en est qu'à son début, je pense qu'intrigues et rebondissements sont à venir et que le monde psychiatrique vu par cette jeune fille n'a pas fini de nous surprendre.

Les personnages, leur psychologie, leur caractère.
Iris a tous les symptômes d'une nihiliste atteinte de misanthropie aggravée, avec une furieuse tendance à faire chier les gens qui le méritent par le simple fait de dire ce qu'elle pense. La façon dont elle choisi ses personnes préférées -parce qu'ici « ami » n'est pas vraiment approprié- en est bien la preuve. La plupart voudrait sympathiser avec le psy qui pourrait les faire sortir d'ici, elle, préfère l'homme de ménage qui ne lui apportera rien d'autre qu'un comportement sincère et des conversations normales, ainsi que sa camarade de chambre qui sans être formidable, est la plus supportable des autres pensionnaires.
Cela fait donc deux relations agréables, contre...tout le reste de désagréable et donc, à éviter. Iris n'a cependant pas le choix concernant les relations avec le personnel médical, notamment son psy actuel avec qui les entrevues sont, pour la jeune fille, d'une insupportable violence verbale et comportementale. Il sera je pense le personnage le plus détestable, et a beaucoup de potentiel je pense, pour devenir le « méchant » de l'histoire.

En tout cas la fiction est très bien centrée sur le seul personnage principal, sans vraiment s'encombrer de personnages secondaires, et ça la rend très crédible du fait que le lecteur est placé dans cette solitude qui caractérise ce personnage.

L'écriture, la mise en page, l'habillage.
Il n'y a rien à dire sur l'écriture. Les phrases sont dénuées de fautes d'orthographes, de fautes de syntaxes, et de fautes de français...amen. Les mots sont choisis judicieusement, les chapitres peuvent être un peu courts mais leur contenance est efficace.

Cette fois, cette histoire est trop parfaite pour que je trouve une excuse à cet alignement à gauche. La lecture serait beaucoup plus agréable avec un texte justifié !

Rien à dire sur l'habillage en adéquation avec le thème de cette fiction, aussi beau, aussi poétique et qui illustre bien les tourments du personnage principal. Et lire sur un fond noir est non seulement en accord tant avec le ressenti du protagoniste au milieu de cet asile de fou qu'avec la noirceur de sa folie, mais il est en plus particulièrement agréable pour les yeux.

Pour la suite.
N'ayant pas vraiment de défaut à mettre en lumière, il est difficile de conseiller quelque chose à améliorer sans prendre la place de l'auteur et décider de la suite. En bonne lectrice avide d'une suite je ne dirais donc que cela : j'espère qu'il y a un bon gros complot dans le personnel hospitalier pour pourrir la vie d'Iris et pour mettre des bâtons dans les roues de sa sortie ; j'espère qu'on en saura un peu plus sur la raison de sa présence dans cet asile ; j'espère aussi que son amnésie peut révéler un superbe secret bien enfoui ; et j'espère continuer à lire tout ce pessimisme poétique.

Critique réalisée sur 7 chapitres.

WAVES BURST de ALINE.

Tags : W. - Waves Burst. - Endocrinologie. - Malade. - Diagnostic rendu. - Lou. - Bradycardie.

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.162.250.227) if someone makes a complaint.

Comments :

  • WavesBurst

    21/05/2015

    Merci énormément pour la critique ! Elle est géniale et vraiment constructive !

  • WavesBurst

    08/02/2015

    Hola tout le monde, mes symptomes s'aggravent, et je me vois obligée de changer de chambre ! Chambre 07 maintenant ! ( En décodé, mon 7eme chapitre est en ligne ! )
    Merci a tout le personnel soignant de si bien s'occuper de moi ;)

  • WavesBurst

    27/12/2014

    Bonsoir chers médecins !
    Je viens de changer de chambre, et suis passée au numéro suivant (En bref, je viens de poster mon chapitre 6 xD )

    Bonne et joyeuses fêtes a toute l'équipe médicale !

  • WavesBurst

    28/10/2014

    Merci pour la chambre, la vue est splendide ! J'espère guérir rapidement ;)

Report abuse