THE HUMAN AMONG US de CASSANDRA.

THE HUMAN AMONG US de CASSANDRA.
THE HUMAN AMONG US de CASSANDRA.

NOM DU PATIENT : CASSANDRA
NUMERO DE CHAMBRE : 050
ETAGE : ENDOCRINOLOGIE
STATUT : GUÉRI

THE HUMAN AMONG US de CASSANDRA.

« Après plusieurs heures de trajet en avion et en autobus, je ne pensais pas que la ville serait aussi immense. J'ai voulu demander mon chemin à quelqu'un, mais, à cette heure si tardive, il n'y avait pas vraiment de quoi se renseigner. Heureusement pour moi, je vis un taxi s'approcher. Il y avait quelqu'un à l'intérieur.

- Excusez-moi de vous interrompre, mais je cherche où se trouve l'immeuble " The Woodland Luxury Apartments ". Est-ce que vous pouvez me guider ?
- Voulez-vous que je vous y conduise ?
- Oh non, non. Je n'ai pas d'argent sur moi et vous avez déjà une personne à bord.

Mais la personne, qui était à bord, écoutait notre conversation, puis, débarqua du véhicule. Elle en profita même pour s'allumer une cigarette et la fumer devant moi. Ou plutôt « il ».

- « The Woodland Luxury Apartments » ? C'est justement là que je vais. J'ai un appartement là.

L'homme qui se tenait devant moi portait une chemise blanche, avec une cravate verte bouteille autour du cou, une paire de pantalon de la même couleur que sa cravate et des souliers propres noirs. Il avait les manches de sa chemise remontées au niveau des coudes. Ses cheveux châtains étaient un peu long, lui arrivant au haut de la nuque, qui allaient vers l'arrière. Ses yeux s'agençaient à ses cheveux, puisque eux aussi étaient bruns. Sur sa mâchoire, je pouvais voir qu'il ne s'était pas refait la barbe, puisqu'il avait un peu de repousse sur celle-ci.

Il avait pris mes valises et il fit signe au chauffeur d'ouvrir le coffre, là où il les déposa. Puis, il m'ouvrit la portière pour que je puisse entrer. »


THE HUMAN AMONG US de CASSANDRA.
THE HUMAN AMONG US de CASSANDRA.

Comme mon diagnostic s'adresse en premier lieu au patient, des informations personnelles (spoilers) à son sujet risquent d'y être distillées. Pour ceux qui souhaitent un résumé de son état de santé sans entrer dans sa vie privée, c'est à la fin !

Commençons par parler de la plume. J'ai trouvé dommage la grande présence de fautes dans l'histoire, d'autant plus que plusieurs se corrigeraient facilement avec une relecture ou l'aide d'un correcteur. Si l'auteur souhaite retravailler son texte, il s'agirait de la toute première étape : lire le tout une seconde fois, avec du recul. Malheureusement, j'ai aussi trouvé la tournure de plusieurs phrases maladroites ou incorrectes, par exemple : « J'étais la fille la plus facile à rire dans l'école ». Sur ce point, je concède qu'il n'est pas toujours évident de repérer les erreurs syntaxiques, d'où l'utilité d'une tierce personne pour les pointer.
Dans le même ordre d'idée – et toujours en rattachant la même suggestion de faire une relecture –, j'ai remarqué des québécismes dispersés tout au long de l'histoire. Étant moi-même Québécoise, ça n'a pas compliqué ma compréhension, mais ça risque d'être le cas pour les lecteurs européens. Hormis la difficulté à comprendre ces mots, l'autre problème associé à ce registre de langue est le ton plus populaire que cela donne au récit. En effet, si utiliser des termes comme « encéphalopathie » sonne médical ou soutenu (voire hermétique), du jargon comme « achaler » risque d'enlever du sérieux à l'histoire. Pour ma part, j'ai eu l'impression en lisant ces termes que l'auteur n'avait pas fait l'effort de chercher un mot plus approprié. Ce n'est peut-être pas le cas, mais c'est néanmoins l'impact que ça a eu sur ma lecture : j'avais souvent l'impression de lire quelque chose de très « parlé », de très « journal intime », surtout dans les premiers tomes. Si ce n'est pas désiré, il pourrait alors être intéressant de retravailler ces mots et d'essayer de leur trouver un équivalent dans un registre plus neutre. Encore une fois, il n'est pas évident de repérer les québécismes, mais je suggère Antidote pour y parvenir !
En ce qui concerne les descriptions, je félicite l'auteur pour leur précision ! On s'imagine bien les personnages. Néanmoins, si je pouvais apporter quelques suggestions sur ce point, je l'encouragerais à éviter les blocs systématiques. « Blocs » parce que les descriptions sont données d'un seul coup ; « systématiques » parce qu'elles apparaissent en même temps qu'un nouveau personnage. Cette façon de faire n'est pas mauvaise, mais si l'auteur souhaite varier un peu ses méthodes, je pense qu'il pourrait être bien d'éparpiller les descriptions à travers le texte et de les rappeler de temps en temps. En l'occurrence, j'ai cru remarquer qu'une fois qu'un personnage était décrit, on ne le faisait plus. Or, les lecteurs oublient parfois, surtout s'il y a plusieurs protagonistes. Ne pas hésiter à glisser de temps à autres des éléments descriptifs, même si ç'a déjà été fait !
Dans le cas des lieux et de l'ambiance, je pense qu'il pourrait être bien de donner plus d'informations, car j'ai trouvé que ces éléments étaient plus effacés. Dans ce cas-ci, l'auteur a de la chance : quelqu'un a représenté tous les lieux à sa place dans le jeu, haha ! Mais du coup, un truc serait peut-être de regarder des images du jeu et d'essayer de décrire les lieux puisqu'ils sont déjà là.
En général, je ne suis pas très fan des dialogues, mais je n'ai pas trouvé qu'ils étaient trop présents dans cette histoire. L'auteur prend bien le temps d'ajouter des paragraphes de narration pour nous ancrer dans le contexte, pour qu'on puisse continuer à s'imaginer ce qui se passe et pas seulement ce qui se dit. Bravo !
Petit point lié aux émotions et au ressenti des personnages. J'ai trouvé que souvent, l'auteur disait les choses au lieu de les décrire. Par exemple, il y a une scène dans le tome cinq où Cassandra dit : « X est mort. » et Bigby de répondre : « Je le sais... C'est triste. » Or, bien qu'il nomme trouver ça triste, j'ai eu beaucoup de mal à le ressentir moi-même, à y croire. Pourquoi ne pas essayer de jouer sur les sens ? Les pensées qui accélèrent (ou qui s'arrêtent), le pouls, les larmes aux yeux, les trémolos dans la voix, etc. Je n'ai rien à reprocher à la réplique en elle-même, mais je pense qu'elle gagnerait à être accompagnée.
Pour conclure sur la plume, j'aimerais saluer les efforts de l'auteur de varier ses mots, surtout dans les premiers tomes ! Ce n'est pas toujours évident de trouver des synonymes, et j'apprécie cet effort.

Passons maintenant à la structure. J'avoue que j'ai trouvé difficile de me faire un avis à ce propos, car l'histoire est divisée en tomes. Parfois, je trouvais ça super : chaque tome est en quelque sorte indépendant puisqu'il raconte sa propre histoire (même si de toute évidence, il vaut mieux lire les précédents). Comme les épisodes du jeu TWAU, il y a un début, un élément perturbateur, des péripéties, un dénouement et une fin. De ce fait, j'ai trouvé très facile de lire cette histoire à cause de la division. Je savais qu'un bloc de dix chapitres serait animé, car puisqu'ils sont indépendants (en quelque sorte), l'auteur ne peut pas se permettre d'étirer en longueur. Les péripéties ne peuvent pas mettre dix chapitres à arriver, car l'auteur n'a que dix chapitres pour raconter sa mini-histoire qui se greffe à un récit plus gros, soit celui de Cassandra et de Bigby. Néanmoins, il m'a semblé que les premiers chapitres de chaque partie manquaient peut-être un peu de contenu. Si on voit cette histoire comme un tout, ce n'est pas dramatique puisqu'ils sont au milieu de l'histoire. Si on les voit comme de premiers chapitres de chaque partie, ça pourrait être intéressant de les rehausser un peu !
Autre élément appartenant à la structure : le rythme. De mon point de vue, les scènes se passaient très rapidement, ce qui laissait peu de temps pour les approfondir. J'ai eu l'impression qu'elles n'étaient pas toujours exploitées à leur plein potentiel, que l'auteur aurait pu en profiter pour révéler plus d'informations à propos du monde, des personnages, autres. L'avantage toutefois est que forcément, on ne traîne pas en longueur !

Même si les personnages n'ont pas tous été inventés par l'auteur, j'aimerais prendre du temps pour en parler. Je trouve qu'écrire une fan fiction est tout un défi, car il faut respecter ce qu'un autre auteur a déjà écrit ou décidé. Par exemple, la personnalité d'un protagoniste. Malheureusement, j'ai trouvé que ce Bigby ne ressemblait que de nom et d'apparence à celui de TWAU... Je l'ai trouvé très « out of character ». Dès le départ, je l'ai trouvé trop sociable avec Cassandra, lui qui est justement considéré comme un loup solitaire qui fait presque les choses à contrec½ur. Il ne lui faut pas beaucoup de temps pour s'en soucier énormément. Je me doutais qu'il y aurait une raison – et c'est bien vu de la part de l'auteur d'en avoir trouvé une –, mais je maintiens mon point. À mes yeux, ç'aurait été beaucoup plus crédible qu'il surveille Cassandra, mais de mauvaise foi. C'est du moins ce que je me serais attendue de lui, car même si on peut changer sa personnalité dans le jeu, il ne devient jamais aussi sympathique. Je ne suis pas en train de dire qu'un personnage ne peut pas évoluer ou changer, au contraire ! Je trouve simplement que ça s'est produit trop rapidement, ici.
Cassandra est le personnage principal inventé par l'auteur. J'avoue que j'ai eu du mal à m'attacher à elle et à la trouver complète... Premièrement, il faut plusieurs chapitres pour se faire une idée d'elle. Je suis d'accord pour dire qu'en racontant une histoire à la première personne, ce n'est pas évident de placer des descriptions physiques ou psychologiques, mais il a fallu trois chapitres pour deviner qu'elle était majeure – et encore, on ne connait pas son âge exact. En ce qui me concerne, l'âge et le physique ne sont pas les informations les plus importantes dans une histoire, donc cet élément ne me dérange pas trop. Par contre, j'ai trouvé qu'il y avait des lacunes sur le plan de sa personnalité ou de son passé, et pour moi, c'est plus assassin... On ne parle jamais de qui est Cassandra, de ses buts dans la vie, de ce qu'elle aime, de ce qui l'anime, si bien qu'elle ne semble exister que pour le bien de l'histoire. Je conçois que c'est le but, mais à mon avis, il y a moyen de s'arranger pour berner le lecteur et pour lui faire croire que les personnages sont presque réels, ont une essence. Ici toutefois, on est beaucoup dans le présent, très peu dans le passé et dans l'avenir. Or, les gens sont influencés par ce qu'ils ont vécu et parce qu'ils vivront (angoisse, planification...). Cassandra a terminé ses études : n'avait-elle pas prévu quelque chose ? Aussi, il a été dit que Cassandra avait reçu une bourse de 75 000$. Si on met de côté mon scepticisme (même les étudiants au doctorat ne reçoivent pas toujours autant, et ils sont censés faire avancer la science !), cela implique une raison pour laquelle elle aurait eu tout cet argent. Il est question à un moment de ses capacités académiques. Encore une fois, j'encouragerais l'auteur à donner des exemples, à nous convaincre que Cassandra dispose de ces capacités, car dans l'histoire en elle-même, rien ne nous convainc qu'elle est effectivement surdouée... Si je donne un exemple pour expliquer mon point de vue, si un ami nous présente Machin et nous dit : « Machin est un artiste ! », mais qu'on ne voit jamais Machin peindre, dessiner, sculpter, et que quand il le fait enfin, il est nul, on va se dire « Non, ce n'est pas vrai ». C'est la même chose avec l'écriture : ce n'est pas parce que l'auteur l'écrit que le lecteur le croit forcément. Il y a un petit travail de persuasion à faire par la suite, je crois. En gros, les bases sont là, et je suis persuadée que l'auteur a tout en tête pour nous présenter un personnage très intéressant. Il faut simplement qu'elle l'applique à son récit pour qu'on voit tout ce qu'elle a en tête, tout ce qu'elle a imaginé pour son héroïne, et le tour sera joué !

Je terminerai en donnant mon impression sur l'histoire. Je trouve audacieux d'avoir écrit une fan fiction basé sur cet univers, car il est riche, complet, et les personnages y sont très nombreux. Cela demande donc une bonne connaissance de l'univers. En ce qui me concerne, je trouve que l'auteur s'est bien débrouillée sur ce point : parfois, j'avais du mal à déterminer si les sorts ou potions venaient de TWAU ou d'elle, ce qui est un bon point ! Ça montre qu'elle maîtrisait bien son univers d'emprunt. L'idée qu'un Fable puisse contaminer un humain et l'histoire derrière était très bien trouvées ! Je l'inviterais toutefois à faire attention, car certains éléments très importants de l'univers n'ont été présentés qu'au 3e tome (comme les glamours ou la Ferme). D'un côté, c'est tardif pour les profanes de la série ; de l'autre, ce sont des points si importants que je suis surprise qu'ils n'aient pas coloré les péripéties avant.
Je trouve toujours très important de donner mon avis sur le début, car mine de rien, c'est un point crucial dans une histoire. Si le lecteur n'accroche pas, il n'aura peut-être pas envie de terminer sa lecture. Bref, j'aurais envie de dire qu'il est impératif d'avoir un bon début ! Ici, je dois admettre que j'ai trouvé le commencement un peu mou... J'entends par là que l'on début en racontant la vie de Cassandra, de pourquoi elle cherche un endroit où rester. Je sais que certains auteurs font exprès d'écrire un début plus rythmé, même si ce n'est pas représentatif du reste, car s'ils se plongent dans de longues descriptions ou introspections, cela risque d'ennuyer le lecteur. Pas toujours, bien sûr, tout le monde est différent. Mais je me souviens avoir vu ce conseil partagé par des auteurs professionnels, donc je le mentionne au cas où il intéresserait l'auteur. Pour ma part, j'aurais aimé lire quelque chose de plus animé, de plus « punché », quitte à révéler plus tard pourquoi Cassandra cherche un logement.
C'est d'ailleurs un peu ce qui m'a déplu dans ma lecture : j'ai eu l'impression qu'il aurait pu y avoir plus de tension, plus de suspense. Souvent, un drame était annoncé dans un chapitre pour être résolu dans celui d'après, laissant peu de temps au lecteur de frémir, de s'inquiéter, de cogiter sur la suite des choses. Si l'auteur est d'accord, je pense que de travailler sur cet élément – ce sens du drame et de la tension – pourrait enrichir son récit. Par exemple, la scène de sexe dans la première partie. Les amateurs de romance s'entendront pour dire que c'est un moment important dans ce genre littéraire, qu'il est attendu. Cependant, il est arrivé très tôt dans l'histoire, comme un cheveu sur la soupe, ce qui m'a personnellement poussée à faire : « Oh, déjà ? Comme ça ? » plutôt que « Ouiii, enfin ! » Le lecteur aura beau dire le contraire, mais il apprécie d'être un peu torturé lorsqu'il découvre une ½uvre ; si tout arrive trop rapidement ou facilement, sans obstacle, cela peut peut-être en décevoir quelques-uns. (Du moins, c'est mon cas)
J'ai trouvé qu'il y a avait beaucoup de bonnes idées, mais que l'auteur semblait rapidement passer à autre chose, sans prendre le temps de bien les développer. Pourtant, j'aurais été très intéressée à lire comment la présence de Cassandra à Fabletown, elle qui est humaine, est perçue et vécue.
Au cours de ma lecture, il me semble avoir repéré quelques incohérences ou d'inexactitudes. Si l'auteur souhaite plus d'informations à ce sujet, j'en ai une liste qui s'insère mal dans l'avis/un texte continu, mais que je serai ravie de lui faire parvenir si cela a une chance de l'aider !
Parmi les tomes, les 2-3-4 étaient à mon sens les plus intéressants. On y retrouvait de l'action, des émotions fortes, des mythes et légendes, de nouveaux personnages, des conflits d'intérêt... Bravo !
Pour ma part, le cinquième tome m'a moins plu. L'auteur a dit dans un mot qu'il n'était pas prévu, qu'elle l'a ajouté après-coup. Je trouve que ça se sent... Il m'a semblé que ce tome était moins bien construit, qu'il ressemblait davantage à une courtepointe d'idées. Parfois, on aurait dit que l'auteur avait du mal à se rendre du point A au point B, d'où les nombreuses ellipses (à mon avis). Quant à la fin, je l'ai trouvée précipitée ; une mort, puis POUF, l'épilogue. Je suis d'accord pour dire que les fins déchirantes sont en général excellentes, qu'il ne faut pas s'empêcher de les utiliser, mais dans ce cas-ci, il y avait quelque chose d'incomplet à mes yeux...

En résumé, The Human Among Us s'approprie très bien certains thèmes de la série d'origine tout en ajoutant sa touche personnelle. Le style ou le développement des personnages ne satisferont peut-être pas les attentes d'un lectorat plus exigeant, mais dans l'ensemble, il s'agit d'une lecture légère.

Critique réalisée sur l'entièreté de la fiction.

THE HUMAN AMONG US de CASSANDRA.

Tags : H. - (the) Human among us. - Endocrinologie. - Guéri. - Bradycardie. - Becca. - Diagnostic rendu. - Pathomimie.

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.162.250.227) if someone makes a complaint.

Comments :

  • FanFiction-Cassou

    14/04/2015

    Je remercie la critique faite par Becca. En effet, je viens d'entrer dans le monde des fan fictions, alors j'ai encore de la difficulté au niveau de la syntaxe et de mon fameux québécisme qui apparaît souvent dans mes chapitres. Mais je tenterai, dans le meilleur des mondes (lorsque le temps sera en ma faveur) d'écrire une nouvelle série, toujours sur cet univers, en me basant sur votre critique, afin d'en faire un chef-d'oeuvre (j'exagère, mais vous voyez ce que je veux dire). Encore merci pour avoir pris le temps de lire ma fan fiction longue !

  • FanFiction-Cassou

    07/01/2015

    Merci beaucoup ^_^

Report abuse