128 tagged articles Pathomimie.

L'HISTOIRE D'UN ASSASSIN de DRAY. 29/03/2014

L'HISTOIRE D'UN ASSASSIN de DRAY.

L'HISTOIRE D'UN ASSASSIN de DRAY.
 

NOM DU PATIENT : DRAY
NUMÉRO DE CHAMBRE : 094
ÉTAGE : TRAUMATOLOGIE
STATUT : MALADE

L'HISTOIRE D'UN ASSASSIN de DRAY.

« Prudence Jedusor. Pas banal comme nom pas vrai ? Jedusor... ça ne vous rappelle rien ? Non ? Et si je vous dis Tom Jedusor, alias Lord Voldemort... vous pensez de suite à un mage noir redoutablement puissant. Si ce n'est pas le cas, ce n'est pas grave, je vous expliquerais. Pour l'instant, tout ce qu'il y a à savoir, c'est que je suis la fille de cet homme et de Rosalie Blade. Et tout comme mon père, très peu de gens m'appellent par ma véritable identité. Là où je vis, tout le monde me connait sous le masque de Tracker.
Et là vous vous dites « génial, mais on n'est pas plus avancé ». C'est normal. Je vis dans l'ombre du milieu criminel. Alors c'est plutôt une bonne nouvelle que vous ne sachiez rien de moi. Mais ça va changer. Parce que je vais vous raconter mon histoire.
L'histoire d'un assassin hors paire pimentée d'action, éclaboussée de sang... et imprégnée trop souvent de sentiments à l'égard de ceux que j'aurais dû considérer comme des cibles. Mes cibles. Les Maraudeurs. »


L'HISTOIRE D'UN ASSASSIN de DRAY.

L'HISTOIRE D'UN ASSASSIN de DRAY.

Et me voici pour une nouvelle critique ! Je dois avouer que j'ai beaucoup aimé cette histoire, notamment par son originalité mais également par le style qui se démarque des autres auteurs de fanfictions Harry Potter. Enfin !

La première chose que j'ai à dire, c'est que j'aime beaucoup les montages qui illustrent tes chapitres. Bien qu'ils ne soient pas réalisés avec un programme de montages professionnel, on sent que tu t'investis également de ce côté-là : la présentation est impeccable, en passant par la justification de tes chapitres ou bien encore le souci du détail. D'ailleurs, je me demande toujours comment tu arrives à mettre les griffes sur le visage de Remus (oui, ça m'intrigue depuis le début, ahah).

Je dois avouer qu'il y a quelques petites fautes, notamment dans les temps verbaux, mais cela reste néanmoins correct : on sent un certain travail derrière et on ne peut qu'apprécier. On a droit à un vocabulaire varié, bien que certaines répétitions se fassent ressentir à certains moments (notamment des expressions qui reviennent de temps en temps). Néanmoins, en général, les fautes demeurent rares et le style est fluide. En somme, on n'a pas tellement à se plaindre de ce côté-là ! Je dois avouer que ça fait plaisir de tomber sur une histoire qui nous offre un récit où les fautes d'orthographe ne pullulent pas le texte et où on n'a pas droit à un style maladroit et parfois hésitant. De très bons points, donc, qui nous donnent envie de poursuivre notre lecture une fois le chapitre entamé terminé.

Passons maintenant à l'histoire en elle-même. Je dois avouer qu'en débutant ce récit, je ne savais pas tellement sur quoi j'allais tomber. Le prologue m'avait laissé mitigé : on y trouve un Tom Jedusor qui perd légèrement de sa froideur pour tenter d'amadouer cette jeune Prue. Néanmoins, je ne me suis pas laissée influencer par cette première impression, préférant en lire davantage pour savoir si cette impression se confirmait plus tard. Et, surprise ! J'ai été franchement envoûtée à partir du premier chapitre. Non seulement on n'a pas droit à la fanfiction qui retrace l'amour qu'on sait déjà passionnel entre James et Lily Potter, mais une histoire d'amour impossible entre deux personnages qui ne nous semblaient pas tellement compatibles. Il est vrai que certains événements me semblent téléphoner d'avance (comme par exemple le fait que Prue et Remus cherchent sans cesse à se repousser en se donnant une raison ou encore, je parie que Diego ressent des sentiments pour Prue !) mais on a droit à quelques surprises (parfois pas forcément agréables... comme par exemple le fait que Remus cache à Prudence leur baiser lors de son anniversaire). On a droit à des personnages humains, qui ont des défauts et qui ne parviennent pas à se décider. Je trouve cependant que Prue ne se blesse pas assez souvent (ok, ok, j'aimerais bien que Remus devienne infirmier et s'inquiète davantage !) mais je me doute que tu vas très certainement placer cela d'un moment à un autre.
Un autre aspect de ta fiction que j'aime particulièrement, c'est le fait que tu nous montres Prudence comme un personnage complexe qui ne sait finalement pas vers quel côté se tourner. Ses erreurs du passé lui ont permis de se remettre en question, mais elle reste fidèle à son père. On ressent un profond amour à son égard malgré le fait qu'ils ne s'entendent finalement pas sur grand-chose. Prudence, malgré le fait qu'elle reste la fille de Tom Jedusor, reste une fille qui a ses principes et qui ne se laisse pas facilement influencer. C'est un bon point ; le contraire m'aurait très certainement déçu.
Une dernière chose que j'ai franchement adoré, c'est ce jeu qui s'installe très vite entre Remus et Prue. Si on sait qu'ils vont avoir une histoire, on ne sait finalement pas à quel point ils vont s'avouer leurs sentiments. C'est flagrant, on en viendrait presque à s'arracher les cheveux, mais on finit quand même par apprécier cette attente insoutenable. Tu as fait en sorte de garder le caractère des personnages de J.K. Rowling, ce qui est assez rare finalement. Tu maîtrises donc parfaitement bien ton histoire, et je ne peux que me demander comment toute cette trame va se terminer : Prue sera-t-elle liée au meurtre des Potter ? Vas-tu faire un lien par rapport à la fin prématurée du couple mythique des Maraudeurs ? Des questions qui demeurent encore entières... et qui n'auront pas de réponses avant un petit moment.

En somme, un récit qui m'envoûte encore maintenant. J'ai franchement hâte de connaître la suite (et j'ordonne (oui, oui, j'ordonne, aha) un nouveau baiser entre ces deux zigotos !)

Critique réalisée sur 31 chapitres

L'HISTOIRE D'UN ASSASSIN de DRAY.

Tags : H. - (l')Histoire d'un assassin. - Traumatologie. - Malade. - Diagnostic rendu. - Sunrise. - Hypertrophie. - Pathomimie.

LE CERF ET LA FLEUR de ALICE. 12/04/2014

LE CERF ET LA FLEUR de ALICE.

LE CERF ET LA FLEUR de ALICE.


NOM DU PATIENT : ALICE
NUMÉRO DE CHAMBRE : 010
ÉTAGE : DERMATOLOGIE
STATUT : MALADE


LE CERF ET LA FLEUR de ALICE.

« Poudlard, 1976.

Alors que les Maraudeurs effectuent leur sixième rentrée au célèbre collège de magie, le monde des sorciers connaît la peur, la souffrance et le désespoir. Un nom que personne n'ose exprimer flotte dans tous les esprits : Lord Voldemort, le terrible mage noir à l'origine de cet âge de noirceur. Il ne semble y avoir aucun moyen de l'arrêter. Pourtant, à Poudlard, loin de cette panique qui s'est emparée de toute l'Angleterre, les Maraudeurs font l'étrange découverte d'une prophétie oubliée, qui semble sortie de nulle part et qui leur apporte une vague d'espoir. Or, ils doivent garder le secret, car Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom a des espions partout, même dans l'endroit le plus sûr au monde... »


LE CERF ET LA FLEUR de ALICE.

LE CERF ET LA FLEUR de ALICE.

Le cerf et la fleur, une image pour un amour naissant. Une image pour deux êtres qui s'aimeront jusqu'à la fin. Cette histoire est basé sur celle d'Harry Potter. On y retrouve alors les parents d'Harry dans leur jeunesse : Lilly et James. James Potter le promis à une belle réussite sur son balai, et Lilly avec Severus, leur relation. Cette histoire débute par le récit de l'enfance de Lilly. Une gamine encore un peu mal à l'aise avec ses capacités. Cela commence avec la méchanceté de Pétunia contre sa particularité. Cette histoire commence avec une rencontre : celle de Lilly et de Severus. Severus qui va s'employer à ouvrir les yeux de celle qu'il aimera. Le récit est ensuite amener à parler des autres personnages; en particulier de James Potter et de ses parents. De son triste passé, de la perte de sa mère.

L'histoire est hébergée dans un endroit où règne une ambiance dont la magie n'égale le bleu des yeux de Lilly. Chez Alice il n'y a de place que pour la sobriété et l'esthétisme bien manipulé. Tout est sobre, tout est beau et très bien alignés, ajustés, tout est parfait et bien étudié. Le bleu des yeux d'Harry, des yeux de Lilly, la magie de Poudlard qui se répercute même sur son habillage. Bref... un endroit agréable à fréquenté.

L'histoire ne pars d'un scénario réellement étudié. Simplement revivre le passé des parents du fameux Harry Potter. Revivre la passion de Severus pour Lilly, l'amour qui liera James et Lilly. Tout de ce que l'on connait. Mais écrire une histoire sur cela, permet de donner le point de vue de l'auteur - oui ! Mais surtout d'avoir quelques détails sur cette passion qui a animé les deux coeurs Potter et Evans. Alors à travers le récit d'Alice on découvre leur passé, et leur avenir qui se profile au grès des chapitres. nous savons où nous allons : à la rencontre du héros de la saga. Nous savons d'où nous partons. Aucune fausse note de ce côté là. Rien de reprochable. Tout est étudié, tout est réfléchit. Il ne reste qu'à lire.

Cependant nous pouvons reprocher à l'auteur sa plume. Certes elle est parfaite pour les dialogues lorsque les héros ne sont que des enfants; Mais les descriptions manquent un peu d'originalité. tout est linéaire et lat, aucune émotion, et trop d'innocence dans les mots. Oh oui, au départ j'ai apprécié cette dimension là, car je trouvais que cela représentait parfaitement Lilly. Mais au fur et à mesure de ma lecture j'ai découvert que l'innocence ne partait pas dans les chapitres de James. elle restait toujours là, présente, ancré dans les mots. J'ai trouvé dommage qu'il n'y ait aucun jeu sur cela; Sur leur différence. Pas de marquage sur ce qui les rend différent : rien sur le fait que Lilly soit un peu timide et renfermée, alors que James est un personnage très expressif. J'ai trouvé cela un peu dommage.

Bref... Cette histoire mérite encore un peu de travail au niveau de la forme (je parle de la plume qui pourrait être plus raffinée par moment) sinon c'est un grand défi qui est relevé : rendre aux parents de Harry leur passé. C'est un défi réussit avec brio. Alice réussit tout cela haut la main avec son histoire dont la beauté physique n'égale pas celle qu'elle renferme. J'ai apprécié de lire, parce qu'elle me faisait sourire.

Critique réalisée sur 8 chapitres.

LE CERF ET LA FLEUR de ALICE.

Tags : C. - (le) Cerf et la fleur. - Dermatologie. - Malade. - Diagnostic rendu. - Blue. - ECG normal. - Pathomimie.

UNKNOWN de EMMA LUCKER. 04/05/2014

UNKNOWN de EMMA LUCKER.

UNKNOWN de EMMA LUCKER.

 
NOM DU PATIENT : EMMA LUCKER
NUMERO DE CHAMBRE : 006
ETAGE : CARDIOLOGIE
STATUT : MALADE

UNKNOWN de EMMA LUCKER.


« Après une séance de dédicaces interminables et les oreilles pleurantes à cause des cris des fans, Ashton avait décidé de s'allonger sur son lit. Les mais colorées par le Bic bleu où les petits dessins des fans et les membres du groupe, le garçon poussa un long soupir.

« Enfin le calme »

Murmura-t-il. Le jeune homme avait tendance à parler à lui-même après des journées fatigantes comme celle-ci. Enfin vous allez dire, avec qui il pourrait parler ? Il vivait seul dans un modeste appartement de Sydney. Soudain, le smartphone du garçon vibra. Il le prit dans ses mains, c'tait une notification Snapchat.
Un inconnu du nom d'Alex Evans lui demanda une invitation, sans vraiment réfléchir à l'identité de la personne il accepta sa demande.
Deux secondes plus tard, cet inconnu lui envoya une photo, pas de visage ni d'objet ne se présentait sur la capture mais un fond noir avec pour message « Tu n'aurais pas dû accepter cette invitation Ashton Irwin».

Avant on pouvait recevoir une lettre par erreur.
On pouvait recevoir un SMS d'une personne se trompant de numéro
Maintenant, une vie peut changer en acceptant n'importe qui sur internet. »

UNKNOWN de EMMA LUCKER.

UNKNOWN de EMMA LUCKER.

Nouveau diagnostic ! Je dois avouer que je suis un peu restée sur ma faim et que je n'ai pas été totalement embarquée dans l'univers d'Emma. Explications un peu plus bas !

La présentation est vraiment sobre. Peut-être un peu trop. L'image du fond est un peu flou mais les photographies/gifs choisies pour illustrer tes articles qui s'accordent avec les chapitres. Tu as tendance à changer parfois soit de police entre deux articles ou bien encore de mettre certains chapitres avec une taille plus petite que les autres. Du coup, on ne retrouve pas une certaine uniformité. Attention également aux images que tu mets dans les chapitres (en anglais) : certaines personnes ne parlent pas nécessairement la langue. N'oublie pas non plus de justifier tous tes chapitres (le chapitre cinquième, par exemple). Un peu de travail, donc, de ce côté-là.

Là où j'ai eu un peu plus de problème, c'est par rapport au style et à l'orthographe. Tu fais quelques fautes que tu pourrais aisément éviter ; notamment des fautes d'accord ou bien d'inattention. Tu as tendance à oublier d'accorder tes participes passés ou bien encore de mettre un infinitif à la place d'un verbe qui se conjugue. Evite également de mettre des chiffres comme « 7 » sous la forme d'un nombre (comme ici : « à l'étage 7 » (chapitre quatre)). Tu peux très bien mettre « le septième étage ».
Attention également aux homonymes. Tu fais souvent des fautes courantes mais qu'on peut facilement éviter en se relisant ou bien en ayant une bêta-lectrice et/ou correctrice. J'ai vu par exemple que dans un des derniers chapitres, tu as mis « raisonner » au lieu de « résonner ». Dans le verbe 'raisonner' tu as 'raison'. C'est donc totalement différent que 'résonner'. Ce sont des petites astuces qui pourraient te permettre d'éviter de faire des erreurs de conjugaison ou bien d'orthographe. Je ne sais pas si tu te relis, si c'est le cas, alors essaie de relire ton chapitre au moins 48 heures après l'avoir écrit –ou bien, au pire des cas, essaie de te trouver quelqu'un qui pourrait te corriger tes textes. Je sais que ce n'est jamais facile de trouver ses propres fautes.
Ton style, et cela ne fait que se renforcer avec toutes ces fautes, est hachuré et maladroit. Ta plume n'est pas personnelle et tu as tendance à utiliser le même vocabulaire –des répétitions qui alourdissent ton histoire.  Je ne peux que te conseiller le site synonymes.com ou bien, là encore, de laisser ton histoire entre les mains d'une personne extérieure qui te dira précisément quelles sont les répétitions qu'elle repère.
Fais également attention au langage trop familier dans la narration. Les gros mots alourdissent également tes chapitres.

Et, enfin, je vais terminer par le contexte. Je dois avouer que je n'avais pour l'instant pas encore lu de fictions mettant en scène 5SOS. J'ai cependant trouvé que c'était bien pauvre en descriptions physiques et psychiques. Comme je viens de le dire, je ne connais qu'une ou deux chansons du groupe et je n'ai aucune idée de comment ils peuvent être. Je sais que c'est une fanfiction, et donc que tu assimiles le fait que les gens doivent déjà connaître les membres du groupe ; mais n'hésite pas à rajouter quelques anecdotes à propos du groupe ou bien encore de comment x a rencontré y. Cela étoffera tes chapitres et permettra à tes lecteurs de ressentir davantage d'empathie à l'égard de tes protagonistes, en particulier Ashton.
L'idée de faire en sorte qu'Ashton soit menacé par une personne –on se doute que cela doit être une personne qui n'apprécie que moyennement voire pas du tout le batteur- n'est pas en soi quelque chose de fort original mais pourrait le devenir si tu parviens à trouver une trame et un fil conducteur qui tient la route. Pour l'instant, je dois avouer que ça reste un peu vague et que ça me semble un peu flou. Si je ne m'abuse, je pense que tu y vas un peu à l'instinct... si c'est le cas, avec une fiction ayant pareille trame, je te conseillerai de prendre des notes sur comment va se dérouler la suite. Si ce n'est pas le cas... alors essaie que cela soit un peu plus clair pour le lecteur mais également pour toi.
Enfin, je vais terminer par dire que tu devrais mettre davantage en évidence la peur d'Ashton tout en gardant en tête que tu dois élargir ton vocabulaire.

Critique réalisée sur 6 chapitres.

UNKNOWN de EMMA LUCKER.

Tags : U. - Unknown. - Cardiologie. - Malade. - Diagnostic rendu. - Sunrise. - Bradycardie. - Pathomimie.

LUDO MENTIS ACIEM de IELENNA. 09/05/2014

LUDO MENTIS ACIEM de IELENNA.

LUDO MENTIS ACIEM de IELENNA.

 
NOM DU PATIENT : IELENNA
NUMÉRO DE CHAMBRE : 069
ÉTAGE : DERMATOLOGIE
STATUT : MALADE

LUDO MENTIS ACIEM de IELENNA.
 
« 1998. Au lendemain de la chute du Seigneur des Ténèbres, le monde des sorciers en liesse reconstruit sur ses ruines. Pour Katelyna Whisper, âgée de onze ans et faisant preuve d'une maladresse déjà bien aguerrie, sa rentrée à Poudlard est un rêve qui se réalise enfin. Après des mois de claustration pour échapper aux Mangemorts, avides de faire payer à son père, ancien Serpentard traître à son sang, une dette de longue date, la petite Kate sent l'espoir revigorer sa petite vie. Elle songe à son avenir à l'école de sorcellerie. Mais son utopie prend fin dès lors qu'elle reçoit le Choixpeau magique sur sa tête. Car ce dernier l'envoie dans une cinquième maison... »

LUDO MENTIS ACIEM de IELENNA.
LUDO MENTIS ACIEM de IELENNA.

Et revoici Sunrise pour une nouvelle critique ! Et quelle critique : celle de Ludo Mentis Aciem. Je planche sur cette histoire depuis plus de deux ans. Lue, même relue (du moins les premiers chapitres) pour me remettre dans le bain, j'ai fini officiellement terminé ma lecture hier soir. Je dois avouer que je n'y croyais pas moi-même ! Et j'avais même un petit goût de trop peu...

À peine clique-t-on sur le lien qui mène vers cette fanfiction Harry Potter qu'on pénètre dans un univers féérique. La présentation a beau être sombre, on a envie d'en savoir davantage. Au fil de notre lecture, on découvre des détails dans la présentation de la première page qui nous font comprendre à quel point Ielenna est investie dans son projet.

LMA est un projet titanesque : sept tomes, qui narre les aventures, année par année, de la jeune Kate Whisper. Cette dernière n'est pas une sorcière habituelle : en effet, elle ouvre une cinquième maison à Poudlard, la célèbre école de sorcellerie.

Dit comme ça, on doit se dire « rah, encore une FF avec des personnages qu'on ne connaît pas. On va finir par se lasser ». Et pourtant. Non seulement c'est superbement bien écrit, mais chaque personnage a une personnalité qui lui est propre (j'y reviendrai d'ailleurs plus tard). L'histoire en elle-même est également très bien imaginée et, là encore, on doit faire attention à chaque détail lorsque l'on avance au fil de notre lecture. En effet, des indices sont décimés dans tous les chapitres.

Il faut dire que même si LMA est composée pour l'instant de cinq tomes et d'une soixante-dixaine de chapitres, cela peut se lire assez vite si on a le temps et une (grande) motivation. Des péripéties égaient notre lecture et nous force presque parfois à poursuivre notre lecture, même s'il est une heure du matin.

Il faut l'avouer : les premiers chapitres sont écrits un peu plus maladroitement et le premier tome m'a plu, mais sans plus. Par contre, les deux derniers tomes m'ont particulièrement plu : en effet, les personnages ont une personnalité beaucoup plus poussés, ce qui les rend d'autant plus humains. On a l'impression de mieux les connaître et surtout de mieux les comprendre. On ne se lasse pas des paris de Terry et Maggie, et encore moins des petites boutades de Phil. Aaaah, Phil. Je dois avouer que c'est un de mes personnages préférés (bon, en fait, y en a pas un que je n'aime pas, sauf évidemment la « Salope Bleue » ahah).

J'apprécie beaucoup, d'ailleurs, la relation qui lie Kate à son père. On la sent très proche de son paternel, d'une part parce qu'ils se ressemblent, de l'autre parce que Phil est prêt à tout pour sa famille. J'ai d'ailleurs beaucoup aimé la petite crise d'adolescence passagère de Kate : chaque réaction (enfin, à peu près) des protagonistes sont humaines. Des réactions qu'on aurait tous si on vivait dans ce même univers et si on côtoyait ces personnages.

En parlant de personnages, un que je n'arrive pas non plus à apprécier, c'est Griffin. Bon, les derniers chapitres ne le mettent pas forcément à son avantage, mais je trouve, comme Terry, qu'il est trop focalisé sur sa petite personne et qu'il n'apprécie pas à sa juste valeur Kate. C'est vrai qu'il essaie de faire des efforts, mais, comme Phil l'avait dit à Kate, il est ce genre de coureur de jupons qui ne changera pas si vite.

J'ai beaucoup de mal aussi avec Morgana. Un détail que je ne comprends pas : POURQUOI ON NE LA RENVOIE PAS ? Elle a essayé de tuer (et a réussi une fois) Kate. Même si la première fois, Kate n'en a parlé à personne, je trouve ça quand même un peu tiré par les cheveux. C'est vraiment un détail que j'ai beaucoup de mal à comprendre. Surtout que Morgana ne fait vraiment aucun effort.

Mouahah Wolffhart, ce prof qui aurait pu me permettre de réussir allemand ahhaha. J'avoue que je trouve parfois dommage que tu ne mettes pas les traductions de son charabia, du moins en note de page. C'est vrai que ça nous permet de, comme les étudiants, penser « gneuh mais c'est qu'il nous veut encore », mais ça m'a frustré quelques fois.
Je trouve également dommage qu'il soit moins présent dans le dernier tome. Certes, on apprend une GROSSSEE surprise (et le dernier chapitre en ligne haaaan, ce suspense !), mais j'aurais vraiment aimé qu'on ait un peu plus de moments Wolffhart/Kate : ils me manquent ces deux-là, avec leur relation spéciale <3.

Pour résumer, je trouve vraiment que tes personnages ont tous une personnalité qui leur est propre, et c'est vraiment une des choses que j'ai le plus apprécié ! Tes personnages évoluent au fil des tomes, grandissent, et on a l'impression de les côtoyer vraiment tous les jours.

Bon, j'ai un peu fait le tour des personnages. Je vais maintenant un peu m'attarder sur le côté « post-guerre ». Là encore, j'ai beaucoup aimé le fait que l'histoire se déroule juste après la guerre. Tu insistes sur la reconstruction du monde des sorciers, le fait que certains enfants (et même adultes) soient encore traumatisés par ce qui s'est passé. C'est réaliste.

Ensuite, l'orthographe. Il y a quelques petites fautes d'orthographe et de frappe, mais je t'avoue que je lisais la plupart du temps avec mon téléphone et je n'avais pas le courage de les noter sur un bout de papier. Je pense qu'en relisant ou en faisant relire par ta bêta tes premiers chapitres, tu devrais pouvoir t'en débarrasser facilement. Après, c'est vrai que ce n'est vraaaiment pas dérangeant. Par contre, à un moment ça m'a marqué, au lieu d'écrire Ulysse tu as écrit Aidan. J'étais là « gneh, d'où Aidan est aux archives avec Kate ? ».
Aaah et le style. Honnêtement, je suis tombée amoureuse de ton style, tout simplement. Ça se lit simplement, vite, alors qu'il y a plus de soixante-dix chapitres. Ta plume est personnelle, fluide. Une vraie petite Rowling, hihi.

Je termine avec l'histoire en elle-même. Comme je l'ai dit, j'ai préféré les deux derniers tomes, plus complet et j'ai l'impression qu'on comprend beaucoup mieux l'histoire. J'aime vraiment beaucoup le fait que des personnages que l'on connaît de nom (les Ollivander, ou bien même les McNair, justement), ou qu'on connaît un peu trop (Harry, Hermione et Ron, par exemple) réapparaissent dans des rôles différents de ceux qu'on a connus. On est dans le même univers, avec des personnages familiers parfois familiers, mais avec une histoire différente et d'autres protagonistes qu'on apprend à connaître.
J'aime beaucoup le fait que tu fasses intervenir également d'autres légendes (les exorcistes, Merlin...) dans l'univers de Rowling. A chaque chapitre, j'en apprends un peu plus sur l'univers que toi-même, finalement, tu commences à créer petit à petit. Papillombre est toujours un épais mystère pour nous, mais tu nous donnes vraiment envie d'en savoir beaucoup plus. Bon, j'avoue que j'aimerais bien qu'Electra finisse par disparaître pour laisser en paix la pauvre Kate, et surtout Phil (Phiiiil d'amûr, pourquoi on t'a fait subir encore tout ça ?!).

Bon, je pourrais vraiment m'étendre beaucoup plus. Mais j'ai l'impression d'avoir fait le tour de toutes mes remarques en général. Si jamais, Ielenna, tu veux savoir quel est mon opinion sur un chapitre ou événement en particulier, hésite pas !

En gros, dévorez LMA, même si c'est long. Honnêtement, ça vaut le coup !

LUDO MENTIS ACIEM de IELENNA.

Tags : L. - Ludo Mentis Aciem. - Dermatologie. - Malade. - Anda. - Pathomimie. - Diagnostic rendu. - Sunrise. - Fibrillation.

IT SEEMS de GAËLLE. 29/06/2014

IT SEEMS de GAËLLE.

IT SEEMS de GAËLLE.
 
NOM DU PATIENT : GAËLLE
NUMERO DE CHAMBRE : 023
ETAGE : ENDOCRINOLOGIE
STATUT : GUÉRI

IT SEEMS de GAËLLE.

« Dos à la porte, elle avait fermé ses yeux foncés. Elle sentait le vent sur sa peau, et l'agitation dans son coeur. Voilà, elle partait. C'était définitif, on lui avait dit qu'elle pourrait garder contact, mais qui avait cru possible une telle chose ?
Sûrement pas elle.
Une main sur sa valise et l'autre contre son ventre, dans lequel se déroulait une nouvelle guerre. Un étranger aurait pu croire qu'elle attendait patiemment qu'une voiture arrive et l'emmène ailleurs. Mais c'était autre chose qu'elle avait en tête; mais bien autre chose. Elle voulait qu'il sorte. Pas pour une dernière scène d'amour, pas pour qu'il la retienne, pas pour qu'il lui dise qu'elle lui manquerait.
Elle voulait voir la vérité dans ses yeux. Rien qu'une fois, pour être sûre. Après elle ramasserait sa fierté, et elle partirait loin.
La fenêtre s'ouvrit. C'était celle de l'étage supérieur, et le léger grincement était reconnaissable entre mille. Sa chambre. Elle tourna la tête et vit une dernière fois ses yeux malachites qui exprimaient un tourbillon de sentiments. Demande-lui de rester, pour une fois. Dis lui que tu as besoin d'elle.
Oui, il aurait voulu lui hurler tout ça. Mais rien ne voulait sortir. Il se contenta de laisser la voiture noire s'approcher, sa brune monter dedans, puis disparaître. Avant de murmurer, tout doucement, pour lui même.

- J'avais besoin de toi. »

IT SEEMS de GAËLLE.

IT SEEMS de GAËLLE.

Me revoici pour une nouvelle critique. Au départ, Anda était censée donner son avis sur cette fiction. Et puis, lorsque j'ai vu que Gaëlle était inscrire sur le challenge Les fictions de l'été, je me suis laissée tenter. Et puis, Gaëlle a lu deux de mes histoires: une manière de la remercier !

Je trouve la présentation à la fois sobre, simplette mais en harmonie avec ce que l'on peut trouver en lisant cette histoire. J'aurais malgré tout rajouté une touche de noirceur dans cet habillage, histoire de rappeler le fait que les personnages sont tous brisés. Cela reste cependant personnel et subjectif. Les images qui illustrent les chapitres sont jolies et mettent en avant ce que l'on peut (ou plutôt qui l'on peut) trouver dans les chapitres en question. Par contre, n'oublie pas de justifier tes textes. Le reste me semble correct, que cela soit par rapport aux illustrations ou bien encore à la police choisie.

Là où ça coince vraiment, c'est par rapport à l'orthographe et le style. Tu as écrit cette histoire, si je ne m'abuse, depuis plus d'un an: il y a donc une nette amélioration lorsque l'on lit les premiers chapitres et lorsque l'on termine ton histoire. Mais il y a justement un grand fossé entre les deux. Essaie de te relire, de corriger les fautes qui encombrent tes chapitres (comme je l'ai fait remarquer plus tôt, il y a en beaucoup plus dans la première partie que la deuxième). Par rapport à ton style, l'unique conseil que je peux te donner, c'est de relire à voix haute certains passages qui te jugent capable de pouvoir retravailler. Je sais qu'il n'est jamais facile de retravailler un texte que l'on a écrit soi-même mais cela peut être un bon exercice pour t'améliorer davantage.
Fais également très attention par rapport aux répétitions. Tu te répètes énormément, que cela soit dans les mots choisis ou bien les expressions que tu utilises. Tu fais une certaine fixation sur les yeux et la couleur de ces derniers de tes protagonistes: le problème, c'est que tu utilises toujours les mêmes termes pour les décrire. Lorsque tu parles de tes personnages, tu n'utilises pratiquement que des pronoms. Étant donné qu'il y a énormément de personnages, on finit par être perdu en lisant des « il » et des « elle » à tout bout de champ ou bien encore des « le brun » ou bien « la blonde ». Lorsque j'ai lu la première partie, c'est vraiment ce qui m'a le plus choqué. Retravaille, si jamais tu songes à réécrire cette histoire (ou bien même à la corriger) à mettre donc plus de synonymes mais surtout de faire en sorte que tes descriptions soient plus poussées.
Comme je l'ai également dit tout à l'heure, j'ai l'impression qu'il y a deux styles dans la même histoire. Parfois, il y a celui, poétique et fluide, qui nous transporte dans la douleur ou bien la passion de tes personnages. D'autres fois, tes phrases sont maladroitement formulées ou bien sont d'un registre plus familier.
Attention aux dialogues écrits sous forme de théâtre ! C'est une assez grave faute étant donné que ton histoire n'est pas un théâtre. Néanmoins, j'ai remarqué que tu ne le faisais plus à partir de la seconde partie. Il ne faut pas non plus mettre de point lorsque tu indiques le ton que tes personnages prennent lorsqu'ils parlent (« - La presse à scandales était là cinq minutes après l'accident. lance Liam. », par exemple)

Je m'attarde à présent sur l'histoire en elle-même. Tu te focalises beaucoup sur la douleur de tes personnages et sur le deuil ou bien les sentiments forts (parfois mauvais, parfois bons) qu'ils ressentent les uns envers les autres. Le problème, c'est que j'ai l'impression qu'il n'y a pas de progression dans cette douleur. Sans que je ne m'y attende, Harry et Nawel se rapprochent soudainement et ressentent des sentiments qui ne sont plus haineux. Un changement brutal que je n'ai pas pu apprécier à sa juste valeur. Soit tu prends trop ton temps, soit tu n'exposes pas assez la situation.
J'ai également eu l'impression que tu ne parlais pas assez de « l'extérieur ». Nawel, par exemple, parle beaucoup de son frère au début. Et puis, soudainement, on n'en entend plus parler. Ni de son père, ni du reste de sa famille. Gemma s'efface également au fil des chapitres. D'autres personnages font également leur apparition sans qu'on ne sache d'où ils viennent et ce qu'ils vont faire là. Attention également aux incohérences: en Angleterre, ils ne passent pas le bac. De plus, tu mentionnes à un moment que Uriah et Ombe se rendent en Amérique parce que les billets sont en promotion: se rendre en Amérique et beaucoup, mais vraiment beaucoup, plus difficile. Il faut tout d'abord un visa (que tu dois demander des jours avant ton départ, voire même des semaines) et avoir des papiers qui soient en règle. Si ce n'est pas le cas, au revoir ton voyage. Les autorités américaines sont vraiment très à cheval sur ce genre d'administration à cause des attentats du 11S. De plus, ils insistent souvent pour que tu leur dises pourquoi tu souhaites te rendre là-bas.
Néanmoins, et ce malgré le fait qu'à certains moments j'avais un peu la flemme de lire la suite et ne ressentais pas tellement une envie pressante de connaître la suite des événements, j'ai apprécié ce que j'ai lu. On sent que tu as travaillé tes personnages, que tu essaies de mettre en avant leur douleur et certains mal-êtres. Il faudrait juste retravailler tout ça pour que cela soit d'une qualité supérieure !

Critique réalisée sur l'entièreté de la fiction.

IT SEEMS de GAËLLE.

Tags : I. - It seems. - Endocrinologie. - Guéri. - Diagnostic rendu. - Sunrise. - Bradycardie. - Pathomimie.

JUST BELIEVE de MÉLANIE. 29/06/2014

JUST BELIEVE de MÉLANIE.

JUST BELIEVE de MÉLANIE.

 
NOM DU PATIENT : MÉLANIE
NUMERO DE CHAMBRE : 054
ETAGE : DERMATOLOGIE
STATUT : GUÉRI



JUST BELIEVE de MÉLANIE.

« En temps de guerre il est toujours difficile d'avancer. Les gens font des choix et changent du tout au tout. En effet, lorsque le ciel s'assombrit et qu'un vent glacial fait voler les quelques flocons de neige qui commencent à tomber sur le tableau figé qu'est la ville de Londres en ce mois de décembre 1976, les habitants n'ont qu'une envie : s'enfermer chez eux et s'enfouir sous un tas de couettes bien chaudes pour se couper du monde. On n'entend pas les coups à la porte, on n'entend pas les cris de détresse. On ne voit pas les flashes de lumière verte qui illuminent brièvement les ténèbres. En temps de guerre on reste dans son coin sans se préoccuper des autres. C'est du chacun pour soit. En 1976, Lynda Parker revient dans ce monde froid, voir glacial. Elle s'y était préparée, pourtant, le changement est bien plus important que ce à quoi elle s'attendait. Etant une jeune fille d'une famille de Sang-Pur, elle se doit d'être à la hauteur, et son père sera là pour le lui rappeler. Lui qui n'avait jamais fait attention à elle, va soudainement s'attacher à lui pourrir la vie. Son combat est grand. Le chemin à parcourir plus sinueux que jamais. Elle va devoir puiser dans le courage qui coule au fond de ses veines si elle veut pouvoir se défaire de ses chaînes. L'envol est toujours difficile, mais une fois qu'on déploie ses ailes, il suffit de se lancer. »
 

JUST BELIEVE de MÉLANIE.
JUST BELIEVE de MÉLANIE.

(Je pense définitivement que je suis maudite. C'est la deuxième fois que l'article ne s'envoit pas et que je perd l'intégralité de ma critique. J'ai un peu la haine là. Juste un peu).

Je m'attaque donc à une nouvelle histoire avec cette fois une fanfiction sur un fandom que vous connaissez tous (à moins que vous n'ayez passé les vingt dernières années enfermé dans un placard en Sibérie septentrionale) : Harry Potter.

J'avoue que je n'étais pas chaude à l'idée de lire cette histoire à cause du fait que le personnage principal est un OC. Les OC et moi, on ne fait pas bon ménage, parce que je crains le Mary Sue comme la peste et que, malheureusement, dans les fanfictions, les OC sont assez détestables.

Mais j'ai été agréablement surprise par le personnage de Lynda. Elle a des qualités comme des défauts qui nous permettent de ne pas l'idéaliser (on apprend notamment qu'elle est de très mauvaise foi, qu'elle est désobéissante et mauvaise perdante, j'en passe et des meilleurs). Elle est intégrée de manière très intéressante à l'histoire puisqu'elle est amie avec Remus mais rencontre les autres au fur et à mesure. De plus, sa famille a une part importante dans l'univers de J.K. Rowling en étant des ennemis des Potter (même si on apprend la raison après quelques chapitres, ce qui apporte du mystère).

L'auteur a cela de génial qu'elle a réussi à faire de son histoire une partie intégrante de la série originale en reprenant des éléments qui nous sont familiers, comme les professeurs dont on a entendu parler sans les rencontrer (je pense notamment au professeur de Soin Aux Créatures Magiques), des événements, des bruits de couloirs, les éléments que Rowling a intégrés dans son récit sans l'approfondir.

C'est extrêmement bien fait dans le sens où on arrive à se passionner pour les personnages sans qu'ils ne soient le fameux trio d'Or auquel on est tant habitués. Les relations que partagent les protagonistes sont vraies et réaliste et c'est un véritable plaisir de suivre leurs aventures.

Il y a néanmoins quelques bémols à cette oeuvre. Je pense entre autres au texte qui n'est pas justifié et aux paragraphes sans saut de ligne. Ils sont également trop petits et parfois coupés aléatoirement. La police est un peu petite et les dialogues sont d'une couleur un peu diffuse qui ne facilite pas la lecture. Malgré la réécriture, il reste des fautes, notamment des fautes d'inattention ou d'orthographe. Il y a également, malgré l'originalité générale de l'histoire, quelques passages clichés qui donnent un goût amer au scénario et une sensation de déjà-vu qui rappelle toutes les fanfictions Harry Potter de bas-étage. Ces passages sont heureusement aussi rares que courts, aussi on peut facilement les oublier.

Cette histoire est donc pour moi un vrai bonheur que vous devriez savourer cet été si vous avez quelques heures à perdre pour cette oeuvre aussi longue qu'appréciable.

Critique réalisée sur 60 chapitres.

JUST BELIEVE de MÉLANIE.

Tags : J. - Just Believe. - Dermatologie. - Diagnostic rendu. - Tear. - Tachycardie. - Pathomimie. - Guéri.