281 tagged articles Diagnostic rendu.

EMPIRE DE SABLE de GAËLLE. 29/03/2014

EMPIRE DE SABLE de GAËLLE.

EMPIRE DE SABLE de GAËLLE.


NOM DU PATIENT : GAËLLE
NUMÉRO DE CHAMBRE : 006
ÉTAGE : NEUROLOGIE
STATUT : MALADE


EMPIRE DE SABLE de GAËLLE.

« La terre gronde. Des basses fosses se lève un vent menaçant. Un rugissement auquel seul le rebut de la plèbe est sensible. La tempête est proche, pourtant Rome est aveugle. Éblouie par son propre éclat, elle ne voit pas la poussière frémir sous ses pieds d'or. Elle n'a pas appris à baisser les yeux. Et son orgueil sera sa perte. La misère n'oublie pas, jamais son sang n'est versé en vain. De la souffrance et du joug trop longtemps enduré, s'élève une vague que rien ne saurait endiguer. 
Prends ma main. Et voyons ensemble Son règne corrompu englouti par le flot de notre vengeance. Regardons-la brûler, tomber à genoux, le front dans la poussière. Devant des hommes, des femmes et des enfants enfin libérés de Ses chaînes. »


EMPIRE DE SABLE de GAËLLE.

EMPIRE DE SABLE de GAËLLE.

Quand on arrive sur le blog de Gaëlle, le design nous frappe en premier. Entre l'habillage mêlant la rivière de sang au parchemin, les couleurs dominatrices sont le rouge sombre et le jaune sable. Cela en dit long sur le récit. Le blog est bien présenté, nous avons tout ce qu'il nous faut pour comprendre l'histoire que l'on va lire, entre les lexiques et les présentations des dieux. L'on dit que l'habit ne fait pas le moine, mais il est agréable de lire sur un blog aussi bien tenu.

Passons alors à la fiction. L'empire des sables est un récit historique, nous emmenant à Rome lors de l'Antiquité. On fait connaissance avec celui qui semble être le personnage principal de l'histoire, le Thrace. Un personnage pessimiste et sauvage. Ou du moins c'est l'image que l'on a de lui, quelqu'un de secret, de silencieux, avec un côté brutal. Un petit peu Khal Drogo avec un semblant de civilité, et encore. Je n'en dirais pas plus, ce que j'écris n'a pas pour but de vous spoiler l'histoire, mais d'en faire une critique fournie qui permettra à l'auteur de s'améliorer.

Cette histoire écrite par Gaëlle a des points négatifs comme des points positifs. Il n'y a pas beaucoup de chapitres pour le moment. Le premier et le deuxième permettent d'introduire le personnage, de planter l'atmosphère, le décor. A partir du troisième, le héros décide de partir, et c'est alors durant le quatrième que l'élément perturbateur, déclencheur du récit survient. Élément qui éveille ma curiosité et que j'apprécie déjà. Le récit est riche, travaillé. On sent que l'auteur a un minimum de culture sur l'Antiquité et ses coutumes, ses croyances. L'histoire est assez bien écrite pour que l'on ne se perde pas, même si nous ne connaissons pas l'époque autant que l'écrivaine. Cependant, on sent que l'auteur hésite parfois. Le récit reste lent, on ne sait pas encore ce qu'il se passe ce qui est normal avec cinq chapitres en ligne seulement. Mais le rythme risque de freiner certains lecteurs en particuliers ceux qui n'apprécient pas l'historique de base. Heureusement pour moi, j'aime ce genre mais il y a certains moments où j'étais tentée de sauter un paragraphe et de me dire "bref, il se passe quoi ?", alors qu'au fond je sais que cette histoire a un réel potentiel de par sa richesse. Du côté plus technique, je n'ai vu aucune faute d'orthographe, de conjugaison ou de grammaire, à par une ou deux de syntaxe, ce qui se corrige rapidement avec une lecture en diagonale.

Je pense que l'auteur devrait reprendre confiance en son récit, car il a de quoi être apprécié. Il est bien construit, travaillé. J'ai hâte de connaître la suite afin d'éclairer ma lanterne et d'en apprendre plus sur le Thrace. J'ai particulièrement aimé le chapitre deux et les deux derniers, les trouvant plus agréables à lire que les autres. Je te souhaite une bonne continuation Gaëlle !

Critique réalisée sur 6 chapitres.


EMPIRE DE SABLE de GAËLLE.

Tags : E. - Empire de Sable. - Neurologie. - Malade. - Anda. - Tear. - Elie. - Diagnostic rendu. - ECG normal. - À vos fictions prêts partez.

BE WITH YOU ALL DAY de BEWITHOUALLDAY. 29/03/2014

BE WITH YOU ALL DAY de BEWITHOUALLDAY.

BE WITH YOU ALL DAY de BEWITHOUALLDAY.


NOM DU PATIENT : BEWITHOUALLDAY
NUMÉRO DE CHAMBRE : 010
ÉTAGE : HÉMATOLOGIE
STATUT : MALADE

BE WITH YOU ALL DAY de BEWITHOUALLDAY.

« C'est l'histoire de June, Summer, ou Jay, comme vous voudrez l'appeler. Est-elle spéciale ? Je ne saurais le dire. A-t-elle quelque chose que les autres n'ont pas ? Oh oui. Son chagrin énorme, sa peur, son immense peur. Elle a si peur. Elle est si effrayée. 
Et puis, il y a Roméo. Enfin, William en fait, mais pour June, il n'y a pas de différence. A part peut-être que Roméo n'appartient qu'à elle, alors que William est partagé avec toutes les autres personnes qui le connaissent. 
Ce n'est pas que June n'aime pas partager. Oh non, elle n'est pas égoïste, loin de là. C'est juste qu'elle n'aime pas le partager lui. Parce qu'en fait, elle se rend compte, bien trop vite, qu'elle a besoin de lui, qu'il n'y a que lui qui puisse l'aider. Le fait est que William aussi, a besoin d'elle. C'est donc une dépendance de l'un envers l'autre qui se créée. 
Alors la question est : voulez-vous savoir si June vaincra un jour sa peur ? Si elle arriva à se défaire de ce trouble psychologique qui a fait son nid en elle ? Si leur relation perdurera ou si finalement, ce n'était d'une histoire parmi tant d'autres ? »

BE WITH YOU ALL DAY de BEWITHOUALLDAY.

BE WITH YOU ALL DAY de BEWITHOUALLDAY.

Et me voilà pour un diagnostic ! Je dois avouer que je suis restée sceptique à la fin des examens effectués... et malheureusement je ne sais toujours pas quelle impression je dois garder après le scanner et l'IRM.

L'habillage, fait par Blue (et dont les tons nous sont d'ailleurs familiers) est bien évidemment digne de la réputation de notre chère doctoresse Blue ! À la fois froid et attirant, on n'a qu'une envie : se plonger dans ce récit pour savoir si on va en ressentir les mêmes émotions. Les images choisies pour illustrer tes chapitres ne vont cependant pas en harmonie avec le fond fait par Blue ; je pense que tu devrais peut-être mettre tes illustrations en noir et blanc. Cela donnera une petite touche de froideur à ton récit. Après, ça reste personnel : c'est à toi de voir !
La police utilisée pour le prologue est originale et ta justification tient la route. Par contre, tu aères un peu trop ton récit. Sauter une ligne peut aller, mais deux ça finit par devenir un peu trop. Aérer ton histoire permet à ton lecteur de prendre une pause, de faire peut-être le point sur ce qu'il vient de lui. Il est vrai qu'il est plus agréable de lire des petits paragraphes que des gros pavés –et malheureusement je suis une experte de ce côté-là- mais je pense que tu devrais essayer de moins sauter de lignes et plus regrouper tes paragraphes. Tu remarqueras d'ailleurs que, au final, tes chapitres en eux-mêmes sont assez courts : profite peut-être pour les rallonger un peu plus !

Passons maintenant aux fautes et au style. Il y a quelques fautes qui se baladent, mais je pense qu'en relisant une ou deux fois ton récit, tu retrouveras la plupart de ces coquilles. J'ai également remarqué que tu écrivais le participé passé de dire 'dis' au lieu de 'dit'. C'est une faute assez courante, et puisque j'ai arrêté de la faire lorsque l'on m'a fait à moi aussi la remarque, j'en profite pour te le signaler !
Un autre problème que j'ai constaté en lisant ton histoire, ce sont les répétitions, notamment des pronoms personnels. Pendant tout le long de tes chapitres, j'avais l'impression de ne lire que des 'elle' et des 'il'. Essaie de varier un peu ton vocabulaire (je peux te conseiller le site synonymes.com, et je sais qu'il y a pas mal de bons sites sur Internet qui te permettent de retrouver les répétitions les plus courantes que l'on retrouve dans un de ses textes). Essaie donc de te relire, ou bien de te trouver une correctrice qui t'aidera à combler ces lacunes.
Dernière petite chose avant de passer à la trame en elle-même : j'ai trouvé ton style parfois maladroit. À cause des quelques répétitions, on sent presque tu ne sais pas comment tourner certaines phrases, ou bien elles sont un peu trop 'simplettes' : elles manquent de profondeur, d'un peu de lyrisme. Tu abordes un thème dur (je compte y revenir maintenant), mais ton style et le ton de ton récit ne nous aident pas à faire intégralement partie de ton histoire ; on est comme un spectateur qui assiste à la scène sans réellement ressentir les émotions de tes protagonistes.

Et, enfin, terminons par la trame. Tu abordes donc un thème assez dur, soit le viol mais également la méfiance à l'égard des hommes lorsque l'on a été maltraité comme June. Le symbolisme du prénom est bien trouvé (June=Soleil donc joie de vivre) et ton idée principale est bonne. Le problème, c'est que j'ai vraiment eu du mal à comprendre où tu voulais en venir. June se retrouve souvent à la bibliothèque et rencontre ce nouveau camarade ; ok, jusque-là, ça va. Le fait qu'elle s'intéresse petit à petit à lui ne me semble pas non plus incohérent. Le problème, c'est qu'on ne sait pas si tu comptes nous parler de lui ou bien des problèmes familiaux que June a (ou bien les deux ?). Ça reste très flou, et ce malgré les huit chapitres lus.
Un autre détail qui m'a semblé incohérent, c'est la réaction de la mère de June lorsque cette dernière demande à aller voir un psychologue. Si j'ai bien compris, c'est un autre beau-père qui fait face à June maintenant (à moins que ça ne soit pas le cas ? Alors tu devrais peut-être éclaircir ce point, parce que là encore ça reste assez flou). Elle devrait donc se douter que la relation de son nouveau mari (sont-ils mariés ? Là encore, pas de précision) et sa fille n'est pas très saine. Tu ne parles pas non plus beaucoup de la relation que June peut entretenir avec son propre père. Tu dis que ce dernier travaille beaucoup, mais cela s'arrête là. Est-elle heureuse de le retrouver ? Souhaite-elle le voir ? Tu ne parles pas beaucoup, donc, des sentiments de June. On retrouve quelques descriptions, parfois très vagues, des personnages, mais également des descriptions de leurs actions. Mais on ne sait pas comment les personnages ressentent chaque scène ou bien quelle relation ils entretiennent entre eux (les meilleurs amis de June, par exemple, qui passent en coup de vent...) Tu devrais donc approfondir tes personnages et les relations qu'ils peuvent entretenir entre eux, tout en éclaircissant certains points.

Voici donc mon diagnostic. Pour toute remarque ou bien incohérence dans mon jugement, passez par ma secrétaire (non, je rigole !)

Critique réalisée sur 6 chapitres

BE WITH YOU ALL DAY de BEWITHOUALLDAY.

Tags : B. - Be with you all day. - Hématologie. - Malade. - Diagnostic rendu. - Sunrise. - Bradycardie.

FRAGMENTS D'AMOUR de LUNE MORDORÉE. 29/03/2014

FRAGMENTS D'AMOUR de LUNE MORDORÉE.

FRAGMENTS D'AMOUR de LUNE MORDORÉE.
 
 
NOM DU PATIENT : LUNE MORDORÉE
NUMÉRO DE CHAMBRE : 025
ÉTAGE : HÉMATOLOGIE
STATUT : GUÉRI

FRAGMENTS D'AMOUR de LUNE MORDORÉE.

« Ils n'ont pas beaucoup parlé, du moins pas de manière audible. Les regards et les gestes suffisent souvent pour dévoiler bien plus que ne pourraient le faire les paroles.
On pourrait parler du coup de foudre, mais ce ne serait pas le bon terme. Ils ne sont pas tombés amoureux, n'ont pas eu des papillons plein le ventre et des étoiles dans les yeux.
Ils ont juste trouvé une oasis de paix au milieu du tumulte et coupé tout lien avec l'extérieur pendant quelques heures. » (extrait du fragment 5)

FRAGMENTS D'AMOUR de LUNE MORDORÉE.

FRAGMENTS D'AMOUR de LUNE MORDORÉE.

Alors, mes petits patients, me revoilà pour un nouveau diagnostic entre deux-trois examens de contrôle (et dire que ceci n'est même pas une ironie...) J'étais déjà passée dans l'antre de Lune il y a quelques mois mais j'ai fini par y jeter un nouveau coup d'½il pour réaliser ce rapport. Me voici, donc !

Il faut avouer que niveau esthétique, c'est soigné mais c'est surtout merveilleusement bien adapté pour la fiction. Si le fond n'est guère des plus élaboré et a été confectionné par l'équipe Skyrock, je dois admettre que cela me plaît : notamment parce que sa signification est toute particulière et nous met déjà dans l'ambiance. Les images choisies par notre chère Lune sont adaptées au contenu du chapitre, bien que petites, c'est vrai. Néanmoins, ce n'est bien évidemment pas le plus important et on sent bien que tu places cet aspect-là de ton blog de côté pour te centrer sur la fiction en elle-même, ce qui est une bonne chose. La police est assez grande et lisible pour nous permettre une lecture aisée, ce qui est une autre bonne nouvelle. En somme, pas grand-chose à dire de ce côté-là.

Passons maintenant à l'orthographe et au style. N' a bien fait son travail, on ne retrouve pas de fautes dans les chapitres corrigés et bêta-lus par notre autre patiente. Dans les derniers chapitres, nonobstant, on retrouve quelques petites coquilles (notamment dans les participes passés : je peux te donner le même astuce qu'à une autre inscrite : mets ton verbe au féminin : 'il s'est assis' car 'elle s'est assisse' et non 'assite'). Quant au style, il faut admettre qu'il est on ne peut plus fluide. Si tes chapitres sont courts (je reviendrai plus tard sur ça) on est directement plongé dans les premières lignes de ton histoire. Une plume donc fluide, agréable à lire mais surtout personnelle. Quelques répétitions viennent cependant de temps en temps alourdir ton texte, bien que cela reste un choix personnel –comme tu l'as fait remarquer dans l'un des premiers articles du blog.

Et, enfin, terminons par le contexte en lui-même. L'histoire n'est certes pas des plus originales : une jeune danseuse un peu effacée qui fait la rencontre d'un homme tout aussi mal dans sa peau et qui se réfugie derrière un silence entêtant. Un silence que l'on retrouve d'ailleurs dans ton histoire : la caractéristique principale de ton récit est le manque total de dialogues. Une originalité que je peux qu'apprécier (notamment parce que j'ai moi-même du mal à savoir comment m'arrêter dans les descriptions et placer quelques dialogues, ou bien vice-versa). Cela ne pèse aucunement sur ton récit, ce qui est un très bon point et permet à ton histoire de se démarquer.
Une autre chose que j'ai beaucoup aimée en lisant Fragments d'amour, c'est le fait que tu laisses lentement couler leur amour, sans te presser ou bien sans tirer en longueur. Tu prends ton temps. C'est réaliste ; notamment parce que tu essaies de faire en sorte que cette histoire demeure simple mais touchante. On pourrait les voir comme deux personnages totalement distincts et pourtant, la brutalité qui les entoure leur permet de se rapprocher. Leurs différends, leur manque de compréhension malgré leur ouverture d'esprit ; tout ça nous permet de voir deux personnages aux sentiments bien humains, et non des super-héros capables de surmonter la plus dramatique des épreuves.
Mais, surtout, j'ai vraiment raffolé de la fin. Je ne compte pas spoiler, mais je dois avouer que je ne m'y attendais pas du tout –et pour une personne qui n'apprécie pas les fins typiques d'Hollywood où X rencontre Y, se marient et ont des enfants, ça a été un vrai plaisir de terminer par une touche certes heureuse, mais différente de celle qu'on aurait pu s'attendre à découvrir.

En somme, quelques petits bémols vers la fin des chapitres (fautes d'orthographe), mais une histoire certes sombre, mais rafraîchissante !

Critique réalisée sur l'entièreté de la fiction.
 

FRAGMENTS D'AMOUR de LUNE MORDORÉE.

Tags : F. - Hématologie. - Guéri. - Diagnostic rendu. - Sunrise. - Blue. - Fragments d'amour. - Tachycardie. - À vos fictions prêts partez.

L'HISTOIRE D'UN ASSASSIN de DRAY. 29/03/2014

L'HISTOIRE D'UN ASSASSIN de DRAY.

L'HISTOIRE D'UN ASSASSIN de DRAY.
 

NOM DU PATIENT : DRAY
NUMÉRO DE CHAMBRE : 099
ÉTAGE : TRAUMATOLOGIE
STATUT : MALADE

L'HISTOIRE D'UN ASSASSIN de DRAY.

« Prudence Jedusor. Pas banal comme nom pas vrai ? Jedusor... ça ne vous rappelle rien ? Non ? Et si je vous dis Tom Jedusor, alias Lord Voldemort... vous pensez de suite à un mage noir redoutablement puissant. Si ce n'est pas le cas, ce n'est pas grave, je vous expliquerais. Pour l'instant, tout ce qu'il y a à savoir, c'est que je suis la fille de cet homme et de Rosalie Blade. Et tout comme mon père, très peu de gens m'appellent par ma véritable identité. Là où je vis, tout le monde me connait sous le masque de Tracker.
Et là vous vous dites « génial, mais on n'est pas plus avancé ». C'est normal. Je vis dans l'ombre du milieu criminel. Alors c'est plutôt une bonne nouvelle que vous ne sachiez rien de moi. Mais ça va changer. Parce que je vais vous raconter mon histoire.
L'histoire d'un assassin hors paire pimentée d'action, éclaboussée de sang... et imprégnée trop souvent de sentiments à l'égard de ceux que j'aurais dû considérer comme des cibles. Mes cibles. Les Maraudeurs. »


L'HISTOIRE D'UN ASSASSIN de DRAY.

L'HISTOIRE D'UN ASSASSIN de DRAY.

Et me voici pour une nouvelle critique ! Je dois avouer que j'ai beaucoup aimé cette histoire, notamment par son originalité mais également par le style qui se démarque des autres auteurs de fanfictions Harry Potter. Enfin !

La première chose que j'ai à dire, c'est que j'aime beaucoup les montages qui illustrent tes chapitres. Bien qu'ils ne soient pas réalisés avec un programme de montages professionnel, on sent que tu t'investis également de ce côté-là : la présentation est impeccable, en passant par la justification de tes chapitres ou bien encore le souci du détail. D'ailleurs, je me demande toujours comment tu arrives à mettre les griffes sur le visage de Remus (oui, ça m'intrigue depuis le début, ahah).

Je dois avouer qu'il y a quelques petites fautes, notamment dans les temps verbaux, mais cela reste néanmoins correct : on sent un certain travail derrière et on ne peut qu'apprécier. On a droit à un vocabulaire varié, bien que certaines répétitions se fassent ressentir à certains moments (notamment des expressions qui reviennent de temps en temps). Néanmoins, en général, les fautes demeurent rares et le style est fluide. En somme, on n'a pas tellement à se plaindre de ce côté-là ! Je dois avouer que ça fait plaisir de tomber sur une histoire qui nous offre un récit où les fautes d'orthographe ne pullulent pas le texte et où on n'a pas droit à un style maladroit et parfois hésitant. De très bons points, donc, qui nous donnent envie de poursuivre notre lecture une fois le chapitre entamé terminé.

Passons maintenant à l'histoire en elle-même. Je dois avouer qu'en débutant ce récit, je ne savais pas tellement sur quoi j'allais tomber. Le prologue m'avait laissé mitigé : on y trouve un Tom Jedusor qui perd légèrement de sa froideur pour tenter d'amadouer cette jeune Prue. Néanmoins, je ne me suis pas laissée influencer par cette première impression, préférant en lire davantage pour savoir si cette impression se confirmait plus tard. Et, surprise ! J'ai été franchement envoûtée à partir du premier chapitre. Non seulement on n'a pas droit à la fanfiction qui retrace l'amour qu'on sait déjà passionnel entre James et Lily Potter, mais une histoire d'amour impossible entre deux personnages qui ne nous semblaient pas tellement compatibles. Il est vrai que certains événements me semblent téléphoner d'avance (comme par exemple le fait que Prue et Remus cherchent sans cesse à se repousser en se donnant une raison ou encore, je parie que Diego ressent des sentiments pour Prue !) mais on a droit à quelques surprises (parfois pas forcément agréables... comme par exemple le fait que Remus cache à Prudence leur baiser lors de son anniversaire). On a droit à des personnages humains, qui ont des défauts et qui ne parviennent pas à se décider. Je trouve cependant que Prue ne se blesse pas assez souvent (ok, ok, j'aimerais bien que Remus devienne infirmier et s'inquiète davantage !) mais je me doute que tu vas très certainement placer cela d'un moment à un autre.
Un autre aspect de ta fiction que j'aime particulièrement, c'est le fait que tu nous montres Prudence comme un personnage complexe qui ne sait finalement pas vers quel côté se tourner. Ses erreurs du passé lui ont permis de se remettre en question, mais elle reste fidèle à son père. On ressent un profond amour à son égard malgré le fait qu'ils ne s'entendent finalement pas sur grand-chose. Prudence, malgré le fait qu'elle reste la fille de Tom Jedusor, reste une fille qui a ses principes et qui ne se laisse pas facilement influencer. C'est un bon point ; le contraire m'aurait très certainement déçu.
Une dernière chose que j'ai franchement adoré, c'est ce jeu qui s'installe très vite entre Remus et Prue. Si on sait qu'ils vont avoir une histoire, on ne sait finalement pas à quel point ils vont s'avouer leurs sentiments. C'est flagrant, on en viendrait presque à s'arracher les cheveux, mais on finit quand même par apprécier cette attente insoutenable. Tu as fait en sorte de garder le caractère des personnages de J.K. Rowling, ce qui est assez rare finalement. Tu maîtrises donc parfaitement bien ton histoire, et je ne peux que me demander comment toute cette trame va se terminer : Prue sera-t-elle liée au meurtre des Potter ? Vas-tu faire un lien par rapport à la fin prématurée du couple mythique des Maraudeurs ? Des questions qui demeurent encore entières... et qui n'auront pas de réponses avant un petit moment.

En somme, un récit qui m'envoûte encore maintenant. J'ai franchement hâte de connaître la suite (et j'ordonne (oui, oui, j'ordonne, aha) un nouveau baiser entre ces deux zigotos !)

Critique réalisée sur 31 chapitres

L'HISTOIRE D'UN ASSASSIN de DRAY.

Tags : H. - (l')Histoire d'un assassin. - Traumatologie. - Malade. - Diagnostic rendu. - Sunrise. - Hypertrophie. - Pathomimie.

DOD REISENDE de CINNA. 29/03/2014

DOD REISENDE de CINNA.

DOD REISENDE de CINNA.
  

NOM DU PATIENT : CINNA
NUMÉRO DE CHAMBRE : 006
ÉTAGE : DERMATOLOGIE
STATUT : GUÉRI

DOD REISENDE de CINNA.

«  — Les lois de qui ? Et vous n'avez pas l'impression que votre marché n'est pas des plus équitables ? Une vie entière contre une pièce de monnaie ?! C'est une proposition de dupe, oui !
— Qui a parlé de vie. Ce n'est pas ce que j'attends de toi dødelig Sendt.
" Il s'interrompt quelques instants, comme cherchant ses mots. Puis rebaisse la tête vers moi, son regard de givre m'analyse. "Sais-tu pourquoi tu peux voyager ainsi, entre les mondes immortels ? »


DOD REISENDE de CINNA.

DOD REISENDE de CINNA.

Et revoici le docteur Sunrise pour un nouveau diagnostic. Ce dernier sera un peu plus court et bref que ceux offerts aux autres patients, mais on espère tous que ça permettra à notre pauvre malade de guérir...

Je dois avouer que l'habillage de ton blog m'attire beaucoup (graou, ça me rappelle les temps anciens, en fait, du coup voilà quoi). On sent que tu soignes bien la présentation de tes articles, notamment par rapport aux images qui illustrent tes textes. Bon, ok, j'ai bavé quand j'ai vu Jensen Ackles dans le deuxième montage. Petit bémol par contre : j'ai remarqué que tu ne mettais pas de tiret à chacun de tes dialogues, parce que les réflexions d'Elizabeth venaient à les couper : tu dois cependant mettre un tiret pour annoncer la suite du monologue de ce cher encapuchonné –si tu ne mettais par exemple par tes dialogues en gras, on pourrait être perdu en poursuivant notre lecture.

Parlons à présent des fautes et du style de notre jeune malade. J'ai trouvé quelques petites fautes (notamment des fautes d'inattention, je pense (« [nous] somme » sans 's', par exemple) mais le tout reste correct. Le style, quant à lui, est fluide et agréable à lire. Je dois avouer que j'ai trouvé certaines tournures de phrases superbement bien tournées –notamment parce que tu as su donner un ton texte un petit côté lyrique qu'on ne retrouve pas partout. Ce fut donc avec plaisir que je me suis empressée de lire la seconde partie, curieuse de connaître la suite des événements. Tes descriptions sont claires, limpides, et on sent bien que tu as travaillé ton style pour nous offrir quelque chose de correct mais surtout d'original.

Ah ! Originalité est le premier mot qui m'est venu à la tête quand j'ai eu fini de lire la première partie de ce récit. Je dois avouer que j'ai toujours été attirée par la mythologie, mais plus particulièrement celle des dieux grecs. Le fait que tu combines plusieurs religions n'a fait que me plaire davantage. J'ai d'ailleurs beaucoup apprécié les quelques références culturelles et littéraires que tu as placées tout au long de ton texte.
Il est vrai qu'au début j'étais un peu perdue ; je ne savais pas tellement ce que tu allais écrire et comment tu allais tourner la chose. Mais au fil de ma lecture, j'ai appris à me détendre et à aimer davantage chaque détail que tu apportais au fil du texte. Tu as su placer quelques détails importants tout le long de la nouvelle et la chute a été grandiose –néanmoins, j'ai trouvé que la fin (que tu as écrite en italique) était trop rapide. Tu aurais peut-être dû apporter un peu plus de détails quant à comment elle s'est habituée à cette nouvelle vie mais surtout à cette soudaine révélation. Tu proposes d'ailleurs à la fin de la nouvelle d'écrire une suite ; moi je dis oui ! (ok, parce que j'ai surtout envie de savoir si on va avoir droit à un riquiqui baiser entre Loki et Elizabeth... ben quoi, c'est beau de fantasmer, non ? Il n'est pas parti en courant quand elle avait l'air d'un épouvantail, après tout...)
Les trois jeux que tu proposais sont originaux et présentés de manière à ce qu'on ne s'y attende pas tellement ; pourtant, le jeu des dés ou bien encore les devinettes sont souvent présents dans les contes/mythes/légendes. Malgré tout, ça ne m'a pas paru anodin ou bien encore insipide. Un très bon point, là encore.

En somme, j'ai trouvé que l'avancement de la maladie est positif ; bravo pour cette originalité, en tout cas !

Critique réalisée sur l'entièreté de la fiction.

DOD REISENDE de CINNA.

Tags : D. - Død reisende. - Dermatologie. - Guéri. - Diagnostic rendu. - Sunrise. - ECG normal.

AMOUR IMMORTEL de CINNA. 29/03/2014

AMOUR IMMORTEL de CINNA.

AMOUR IMMORTEL de CINNA.
 
 
NOM DU PATIENT : CINNA
NUMÉRO DE CHAMBRE : 002
ÉTAGE : DERMATOLOGIE
STATUT : GUÉRI

AMOUR IMMORTEL de CINNA.

« — Mais, qui êtes vous Seigneur ?
— Mon nom a peu d'importance, on m'en donne beaucoup. Quel est le tien ?
— Je... je... je m'appelle Perséphone.
Elle commence à paniquer, Je dois aller retrouver mes amies, et ..."

Elle essaie de se relever mais l'homme lui prend le visage d'une main et lui pose un doigt sur les lèvres. »


AMOUR IMMORTEL de CINNA.

AMOUR IMMORTEL de CINNA.
 
Amour Immortel, pour l'immortalité des dieux, pour un amour qui jamais ne périra. Une amour immortel né des cendre, un amour immortel né de quelques désirs et finit par un battement de c½ur. Dans ce titre il n'y que deux mots, mais avec des sens multiples, aussi profonds que leur réelle signification. Serait-ce alors l'amour de deux êtres qui serait immortel, ou bien l'immortalité d'un de ces destins qui rend l'amour impérissable ?


PREMIÈRE PARTIE : GAIA.

Cette histoire démarre dans une atmosphère de joie, dans un jardin durant la période estivale. Cette histoire démarre dans les festivités des quelques dieu. Plongé dans la mythologie, Cinna offre une histoire dans les méandres du bois à l'orée de Syracuse. Une histoire mythologique dont la trame est un amour né des flammes.La première partie est pour moi très lourde, beaucoup de description que ce soit sur le décor ou les personnages (habits, apparences, ect...) mais principalement sur les gestes. Chaque geste est détaillé de façon trop lourde et accentuée. Chaque moment ou chaque pensée est narré pendant plusieurs lignes. J'ai aussi trouvé que cette partie manquait cruellement d'émotion. Il n'y a que des ressentis et ressentis n'est pas de l'émotion. Il a peu de description de ce que pense l'un ou l'autre des personnages. L'histoire à du mal à commencer en réalité, c'est un peu lent, ça brasse trop large c'est un peu déroutant.


SECONDE PARTIE : AIDOS.

La seconde partie est dans la continuité de la première : toujours cet amour naissant. Dans un premier temps on pense que l'amour n'est pas réellement approprié pour cette relation qui semble lié Perséphone et Hadès. Cet amour est un peu rapide. En effet on comprend très nettement que même si Hadès aperçoit la jeune fille plusieurs fois, il entretient une fascination très nette pour la fille. Seulement cela ne devrait pas signifié une telle fascination de sa part à elle. Je trouve cela un peu rapide entre eux. Même si je comprends très bien que cette histoire est un OS, je pense que tout va très vite. Un peu trop d'ailleurs. Il semblerait que - même si la mythologie me dépasse un peu - tout n'est pas réellement en accord avec le décor et l'ambiance.


EN BREF.

L'histoire me semble un peu rapide entre les deux amants. La plume est très belle même si elle est un peu lourde, de plus elle mérite encore un peu de relecture pour essayer de corriger les deux ou trois endroits qui sonne faux à l'oreille. Il n'y a pas grand chose à en dire. Cependant j'ai apprécié l'étude derrière les titres des parties : Gaia et Aidos. J'apprécie que ces titres ne soient pas simplement des titres de partie comme n'importe lesquels. L'histoire est intéressante en particulier l'exploitation des idées. J'ai beaucoup aimé la manière dont Cinna raconte cette histoire bien connue. Elle crée quelque chose de nouveau, avec sa vision des choses. C'est vraiment intéressant. En bref... Malgré quelques bémols, l'histoire est vraiment intéressante. Elle mérite encore un peu de travail avant d'être raconté aux enfants !

Critique réalisée sur l'entièreté de la fiction.

AMOUR IMMORTEL de CINNA.

Tags : A. - Amour immortel. - Dermatologie. - Malade. - Diagnostic rendu. - Blue. - ECG normal.