88 tagged articles Hématologie.

BE WITH YOU ALL DAY de BEWITHOUALLDAY. 29/03/2014

BE WITH YOU ALL DAY de BEWITHOUALLDAY.

BE WITH YOU ALL DAY de BEWITHOUALLDAY.


NOM DU PATIENT : BEWITHOUALLDAY
NUMÉRO DE CHAMBRE : 010
ÉTAGE : HÉMATOLOGIE
STATUT : MALADE

BE WITH YOU ALL DAY de BEWITHOUALLDAY.

« C'est l'histoire de June, Summer, ou Jay, comme vous voudrez l'appeler. Est-elle spéciale ? Je ne saurais le dire. A-t-elle quelque chose que les autres n'ont pas ? Oh oui. Son chagrin énorme, sa peur, son immense peur. Elle a si peur. Elle est si effrayée. 
Et puis, il y a Roméo. Enfin, William en fait, mais pour June, il n'y a pas de différence. A part peut-être que Roméo n'appartient qu'à elle, alors que William est partagé avec toutes les autres personnes qui le connaissent. 
Ce n'est pas que June n'aime pas partager. Oh non, elle n'est pas égoïste, loin de là. C'est juste qu'elle n'aime pas le partager lui. Parce qu'en fait, elle se rend compte, bien trop vite, qu'elle a besoin de lui, qu'il n'y a que lui qui puisse l'aider. Le fait est que William aussi, a besoin d'elle. C'est donc une dépendance de l'un envers l'autre qui se créée. 
Alors la question est : voulez-vous savoir si June vaincra un jour sa peur ? Si elle arriva à se défaire de ce trouble psychologique qui a fait son nid en elle ? Si leur relation perdurera ou si finalement, ce n'était d'une histoire parmi tant d'autres ? »

BE WITH YOU ALL DAY de BEWITHOUALLDAY.

BE WITH YOU ALL DAY de BEWITHOUALLDAY.

Et me voilà pour un diagnostic ! Je dois avouer que je suis restée sceptique à la fin des examens effectués... et malheureusement je ne sais toujours pas quelle impression je dois garder après le scanner et l'IRM.

L'habillage, fait par Blue (et dont les tons nous sont d'ailleurs familiers) est bien évidemment digne de la réputation de notre chère doctoresse Blue ! À la fois froid et attirant, on n'a qu'une envie : se plonger dans ce récit pour savoir si on va en ressentir les mêmes émotions. Les images choisies pour illustrer tes chapitres ne vont cependant pas en harmonie avec le fond fait par Blue ; je pense que tu devrais peut-être mettre tes illustrations en noir et blanc. Cela donnera une petite touche de froideur à ton récit. Après, ça reste personnel : c'est à toi de voir !
La police utilisée pour le prologue est originale et ta justification tient la route. Par contre, tu aères un peu trop ton récit. Sauter une ligne peut aller, mais deux ça finit par devenir un peu trop. Aérer ton histoire permet à ton lecteur de prendre une pause, de faire peut-être le point sur ce qu'il vient de lui. Il est vrai qu'il est plus agréable de lire des petits paragraphes que des gros pavés –et malheureusement je suis une experte de ce côté-là- mais je pense que tu devrais essayer de moins sauter de lignes et plus regrouper tes paragraphes. Tu remarqueras d'ailleurs que, au final, tes chapitres en eux-mêmes sont assez courts : profite peut-être pour les rallonger un peu plus !

Passons maintenant aux fautes et au style. Il y a quelques fautes qui se baladent, mais je pense qu'en relisant une ou deux fois ton récit, tu retrouveras la plupart de ces coquilles. J'ai également remarqué que tu écrivais le participé passé de dire 'dis' au lieu de 'dit'. C'est une faute assez courante, et puisque j'ai arrêté de la faire lorsque l'on m'a fait à moi aussi la remarque, j'en profite pour te le signaler !
Un autre problème que j'ai constaté en lisant ton histoire, ce sont les répétitions, notamment des pronoms personnels. Pendant tout le long de tes chapitres, j'avais l'impression de ne lire que des 'elle' et des 'il'. Essaie de varier un peu ton vocabulaire (je peux te conseiller le site synonymes.com, et je sais qu'il y a pas mal de bons sites sur Internet qui te permettent de retrouver les répétitions les plus courantes que l'on retrouve dans un de ses textes). Essaie donc de te relire, ou bien de te trouver une correctrice qui t'aidera à combler ces lacunes.
Dernière petite chose avant de passer à la trame en elle-même : j'ai trouvé ton style parfois maladroit. À cause des quelques répétitions, on sent presque tu ne sais pas comment tourner certaines phrases, ou bien elles sont un peu trop 'simplettes' : elles manquent de profondeur, d'un peu de lyrisme. Tu abordes un thème dur (je compte y revenir maintenant), mais ton style et le ton de ton récit ne nous aident pas à faire intégralement partie de ton histoire ; on est comme un spectateur qui assiste à la scène sans réellement ressentir les émotions de tes protagonistes.

Et, enfin, terminons par la trame. Tu abordes donc un thème assez dur, soit le viol mais également la méfiance à l'égard des hommes lorsque l'on a été maltraité comme June. Le symbolisme du prénom est bien trouvé (June=Soleil donc joie de vivre) et ton idée principale est bonne. Le problème, c'est que j'ai vraiment eu du mal à comprendre où tu voulais en venir. June se retrouve souvent à la bibliothèque et rencontre ce nouveau camarade ; ok, jusque-là, ça va. Le fait qu'elle s'intéresse petit à petit à lui ne me semble pas non plus incohérent. Le problème, c'est qu'on ne sait pas si tu comptes nous parler de lui ou bien des problèmes familiaux que June a (ou bien les deux ?). Ça reste très flou, et ce malgré les huit chapitres lus.
Un autre détail qui m'a semblé incohérent, c'est la réaction de la mère de June lorsque cette dernière demande à aller voir un psychologue. Si j'ai bien compris, c'est un autre beau-père qui fait face à June maintenant (à moins que ça ne soit pas le cas ? Alors tu devrais peut-être éclaircir ce point, parce que là encore ça reste assez flou). Elle devrait donc se douter que la relation de son nouveau mari (sont-ils mariés ? Là encore, pas de précision) et sa fille n'est pas très saine. Tu ne parles pas non plus beaucoup de la relation que June peut entretenir avec son propre père. Tu dis que ce dernier travaille beaucoup, mais cela s'arrête là. Est-elle heureuse de le retrouver ? Souhaite-elle le voir ? Tu ne parles pas beaucoup, donc, des sentiments de June. On retrouve quelques descriptions, parfois très vagues, des personnages, mais également des descriptions de leurs actions. Mais on ne sait pas comment les personnages ressentent chaque scène ou bien quelle relation ils entretiennent entre eux (les meilleurs amis de June, par exemple, qui passent en coup de vent...) Tu devrais donc approfondir tes personnages et les relations qu'ils peuvent entretenir entre eux, tout en éclaircissant certains points.

Voici donc mon diagnostic. Pour toute remarque ou bien incohérence dans mon jugement, passez par ma secrétaire (non, je rigole !)

Critique réalisée sur 6 chapitres

BE WITH YOU ALL DAY de BEWITHOUALLDAY.

Tags : B. - Be with you all day. - Hématologie. - Malade. - Diagnostic rendu. - Sunrise. - Bradycardie.

FRAGMENTS D'AMOUR de LUNE MORDORÉE. 29/03/2014

FRAGMENTS D'AMOUR de LUNE MORDORÉE.

FRAGMENTS D'AMOUR de LUNE MORDORÉE.
 
 
NOM DU PATIENT : LUNE MORDORÉE
NUMÉRO DE CHAMBRE : 025
ÉTAGE : HÉMATOLOGIE
STATUT : GUÉRI

FRAGMENTS D'AMOUR de LUNE MORDORÉE.

« Ils n'ont pas beaucoup parlé, du moins pas de manière audible. Les regards et les gestes suffisent souvent pour dévoiler bien plus que ne pourraient le faire les paroles.
On pourrait parler du coup de foudre, mais ce ne serait pas le bon terme. Ils ne sont pas tombés amoureux, n'ont pas eu des papillons plein le ventre et des étoiles dans les yeux.
Ils ont juste trouvé une oasis de paix au milieu du tumulte et coupé tout lien avec l'extérieur pendant quelques heures. » (extrait du fragment 5)

FRAGMENTS D'AMOUR de LUNE MORDORÉE.

FRAGMENTS D'AMOUR de LUNE MORDORÉE.

Alors, mes petits patients, me revoilà pour un nouveau diagnostic entre deux-trois examens de contrôle (et dire que ceci n'est même pas une ironie...) J'étais déjà passée dans l'antre de Lune il y a quelques mois mais j'ai fini par y jeter un nouveau coup d'½il pour réaliser ce rapport. Me voici, donc !

Il faut avouer que niveau esthétique, c'est soigné mais c'est surtout merveilleusement bien adapté pour la fiction. Si le fond n'est guère des plus élaboré et a été confectionné par l'équipe Skyrock, je dois admettre que cela me plaît : notamment parce que sa signification est toute particulière et nous met déjà dans l'ambiance. Les images choisies par notre chère Lune sont adaptées au contenu du chapitre, bien que petites, c'est vrai. Néanmoins, ce n'est bien évidemment pas le plus important et on sent bien que tu places cet aspect-là de ton blog de côté pour te centrer sur la fiction en elle-même, ce qui est une bonne chose. La police est assez grande et lisible pour nous permettre une lecture aisée, ce qui est une autre bonne nouvelle. En somme, pas grand-chose à dire de ce côté-là.

Passons maintenant à l'orthographe et au style. N' a bien fait son travail, on ne retrouve pas de fautes dans les chapitres corrigés et bêta-lus par notre autre patiente. Dans les derniers chapitres, nonobstant, on retrouve quelques petites coquilles (notamment dans les participes passés : je peux te donner le même astuce qu'à une autre inscrite : mets ton verbe au féminin : 'il s'est assis' car 'elle s'est assisse' et non 'assite'). Quant au style, il faut admettre qu'il est on ne peut plus fluide. Si tes chapitres sont courts (je reviendrai plus tard sur ça) on est directement plongé dans les premières lignes de ton histoire. Une plume donc fluide, agréable à lire mais surtout personnelle. Quelques répétitions viennent cependant de temps en temps alourdir ton texte, bien que cela reste un choix personnel –comme tu l'as fait remarquer dans l'un des premiers articles du blog.

Et, enfin, terminons par le contexte en lui-même. L'histoire n'est certes pas des plus originales : une jeune danseuse un peu effacée qui fait la rencontre d'un homme tout aussi mal dans sa peau et qui se réfugie derrière un silence entêtant. Un silence que l'on retrouve d'ailleurs dans ton histoire : la caractéristique principale de ton récit est le manque total de dialogues. Une originalité que je peux qu'apprécier (notamment parce que j'ai moi-même du mal à savoir comment m'arrêter dans les descriptions et placer quelques dialogues, ou bien vice-versa). Cela ne pèse aucunement sur ton récit, ce qui est un très bon point et permet à ton histoire de se démarquer.
Une autre chose que j'ai beaucoup aimée en lisant Fragments d'amour, c'est le fait que tu laisses lentement couler leur amour, sans te presser ou bien sans tirer en longueur. Tu prends ton temps. C'est réaliste ; notamment parce que tu essaies de faire en sorte que cette histoire demeure simple mais touchante. On pourrait les voir comme deux personnages totalement distincts et pourtant, la brutalité qui les entoure leur permet de se rapprocher. Leurs différends, leur manque de compréhension malgré leur ouverture d'esprit ; tout ça nous permet de voir deux personnages aux sentiments bien humains, et non des super-héros capables de surmonter la plus dramatique des épreuves.
Mais, surtout, j'ai vraiment raffolé de la fin. Je ne compte pas spoiler, mais je dois avouer que je ne m'y attendais pas du tout –et pour une personne qui n'apprécie pas les fins typiques d'Hollywood où X rencontre Y, se marient et ont des enfants, ça a été un vrai plaisir de terminer par une touche certes heureuse, mais différente de celle qu'on aurait pu s'attendre à découvrir.

En somme, quelques petits bémols vers la fin des chapitres (fautes d'orthographe), mais une histoire certes sombre, mais rafraîchissante !

Critique réalisée sur l'entièreté de la fiction.
 

FRAGMENTS D'AMOUR de LUNE MORDORÉE.

Tags : F. - Hématologie. - Guéri. - Diagnostic rendu. - Sunrise. - Blue. - Fragments d'amour. - Tachycardie. - À vos fictions prêts partez.

LE SECRET DE L'ALCHIMISTE de CINNA. 17/04/2014

LE SECRET DE L'ALCHIMISTE de CINNA.

LE SECRET DE L'ALCHIMISTE de CINNA.


NOM DU PATIENT : CINNA
NUMÉRO DE CHAMBRE : 002
ÉTAGE : HÉMATOLOGIE
STATUT : GUÉRI

LE SECRET DE L'ALCHIMISTE de CINNA.

« Ainsi était née la légende de la ruelle d'or. Cette rue aux pavés irréguliers et aux petites maisons serrées les unes contre les autres. Dans chacune d'elle un petit homme barbu en train de s'affairer devant un alambic. La ruelle d'or, le passage des alchimistes. Le rêve irréalisable de Rodolphe. »


LE SECRET DE L'ALCHIMISTE de CINNA.

LE SECRET DE L'ALCHIMISTE de CINNA.

Et me revoici pour critique l'une des nouvelles de Cinna. Je dois avouer que j'ai, comme les précédentes, beaucoup aimé ce que j'ai lu. Je ne me centrerai que sur le style et sur le contexte, laissant de côté tout ce qui est présentation (Cinna sait déjà, grâce à mes précédentes critiques, ce que je pense de son habillage et sa manière de présenter les articles) pour plus me centrer sur ces points.

Je n'ai vu que quelques fautes, principalement de conjugaison (tu as tendance à oublier le « t » des verbes à la troisième personne du singulier). Si ma mémoire est bonne, dans la première partie, tu avais mis « il... pu » sans t. J'ai retrouvé d'autres petites fautes de ce genre-là. Rien de bien dramatique, en somme.
Quant à ton style... J'étais plongée du début à la fin dans ma lecture. Tu parviens à dépeindre tes personnages de telle manière qu'on se les imagine sans le moindre problème. Ta plume est personnelle et ton style fluide. On ne peut que dévorer ces deux parties en quelques minutes. Néanmoins, certaines phrases demeurent légèrement maladroites mais je pense qu'après une relecture (pour en profiter pour retrouver ces misérables fautes qui traînent, ahah) tu parviendras à rectifier le tir. En somme, je n'ai pas grand-chose à dire de ce côté-là.

Du côté du contexte... eh bien, il faut admettre que c'est hautement original. Il est vrai que je ne voyais au début pas quel était le but du récit –au départ, tu parles de Rodolphe, puis tu dévies doucement mais sûrement vers les Alchimistes avant de tourner vers le mystère qui plane autour du poète. Je dois avouer que je ne m'attendais d'ailleurs pas à ce que ça soit « le » William (au début, d'ailleurs, je me suis dit « William ? Tiens. Étrange. » Puis j'ai fini par comprendre au bout de quelques minutes de réflexion (ne te moque pas, il était neuf heures et des du matin, et je venais de me réveiller, ahah). Tu es cependant parvenue à faire de ce texte quelque chose d'original qui se démarque des autres. Comme je l'ai dit précédemment, tu parviens à installer une certaine ambiance autour de tes personnages grâce aux descriptions que tu places subtilement dans ton texte.
J'aime beaucoup le personnage de Mikal. Dès le début, tu es parvenue à faire de lui le personnage central sans qu'on n'en sache beaucoup à son propos. Rodolphe m'a également paru un protagoniste intéressant, mais j'étais plus attirée vers Mikal. Dommage par contre que tu ne parles pas davantage de sa relation avec Nefert (j'avoue, le prénom de la mort qui tue. Mais tu les sors d'où ces prénoms géniaux ?!) ou encore la relation qu'ils entretiennent avec William. Néanmoins, c'est vrai, ce sont des détails. La nouvelle me plaît telle qu'elle. On voit que tu as fait un vrai travail derrière, notamment de recherches. Et on ne peut qu'apprécier cela.

Ainsi, un récit avec des personnages attirants mais mystérieux avec un fond d'historique. Est-ce qu'il rajouter que Mikal a l'air beau garçon pour que vous accouriez dans la chambre de Cinna ?

Critique réalisée sur l'entièreté de la fiction.

LE SECRET DE L'ALCHIMISTE de CINNA.

Tags : S. - (le) Secret de l'Alchimiste. - Hématologie. - Guéri. - Diagnostic rendu. - Sunrise. - ECG normal.

ABYSM de S. 07/05/2014

ABYSM de S.
ABYSM de S.



NOM DU PATIENT : S.
NUMERO DE CHAMBRE : 011
ETAGE : HÉMATOLOGIE
STATUT : MALADE

ABYSM de S.
 

« Au-delà de ses sentiments abstraits, il se souvenait de visages concrets, qui formaient chacun l'allégorie de ces dits sentiments embrumés. Et pourtant, certains déclenchaient une sensation péjorative et méliorative à la fois. Étrange. Illogique. Haine et amour. Amertume et regret. Rage et envie.

Trou noir. Tout se dilatait, s'effaçait. Tel de l'encre sous la pluie ; il perdait ses précieuses mémoires. Traître de mémoire qui le faisait oublier son propre visage, il avait besoin d'un miroir. Se remémorer, il le devait à tout prix. Un besoin pour sa propre vie, sa survie. Ou il risquait de se perdre dans ce labyrinthe maudit.

Tellement, tellement stupide. Tu es tellement, tellement stupide.

Oh ! ce son, cette voix. Si familière, si proche et pourtant si froide, si mauvaise. Tiens, il avait un corps, car son échine se retrouva parcouru d'un frisson suivi de sueurs froides qui roulaient lentement, affreusement lentement, le long de son dos.

Des hurlements, si forts et si perçants, qui frappaient contre la paroi de son crâne, comme s'ils cherchaient à s'en échapper, comme s'ils étaient des milliers de couteaux.

Et la lumière, soudaine, qui l'aveugla. Couleurs confuses, ombres menaçantes et halos tremblants s'agitèrent en une effrayante danse face à lui. Mais aussitôt ce fantasme interdit à peine effleuré des doigts, Jimmy s'en retrouva privé. Il atterrissait dans le noir. Enfin, atterrissait-il vraiment ou était-il en une chute libre sans fin dont il ne se rendait même pas compte ? » Extrait du chapitre sept.

ABYSM de S.
ABYSM de S.

Aujourd'hui, le docteur Sunrise a laissé son cabinet à Anda (elle n'a peur de rien !), et c'est Abysm de S. que l'on accueille pour une petite série d'examens.

Pour ce qui est du blog, l'image de fond est très jolie et instaure une ambiance qui colle, mais il faudrait rendre le fond des articles un peu plus opaque, parce que ce très difficile de lire par-dessus toutes ces gouttelettes d'eau. Autre petit détail, personnellement les écritures blanches ont tendance à me faire mal aux yeux, je ne sais pas si c'est le cas de tout le monde, mais opter pour une couleur un tout petit peu plus grise (pas grand chose, jusque que ce soit moins éclatant) pourrait être plus reposant pour nous, lecteurs relou aux yeux pourris. Sinon le texte est justifié et bien aéré, c'est assez agréable.

J'ai relevé quelques petites fautes d'orthographe ici et là, ou des mots employés à la place d'autre (contenir / contenter, mouver / mouvoir, inversion / aversion par exemple). Des répétitions par-ci par-là, des expressions comme « folle-à-lier » qui reviennent souvent (ah, aussi, on dit « à son plus grand dam », je ne crois pas que ça puisse se mettre au pluriel). Une faute qui me fait grincer des dents parce que je suis une grosse maniaque (pardonnez-moi) et que le mot est employé assez souvent, donc qu'on la repère vite, est qu'on n'écrit pas « salop » mais « salaud ». Sinon, j'ai aussi remarqué quelques problèmes de concordance des temps, parfois (un mélange passé simple/imparfait/plus-que-parfait ou bien conditionnel/futur), et quelques virgules mal placées.
En somme, il y a de petites fautes dans ce texte qui à mon avis pourraient facilement être corrigées à l'aide d'un correcteur ou d'un bêta-lecteur. Cependant, on fait assez facilement abstraction et la lecture est malgré tout étonnamment fluide. Il y a quelque chose dans le style de l'auteur... quelque chose de très vrai, presque cru. Pas cru dans le sens vulgaire, plutôt dans le sens brut, juste, marquant. Une écriture qui capte parfaitement les personnages et leur donne corps et souffle de manière impressionnante.
C'est imparfait, mais ça n'en reste pas moins captivant.

Les personnages, puisqu'on en parle, sont ce qui m'a tout de suite accrochée. Ils sont complexes et profonds, menés de main de maître. Que ce soit Robyn dont j'admire le courage et qui se bat depuis le début malgré tout ce qui lui arrive et ses envies de tout lâcher ; Jimmy, le sale gosse détestable qu'on ne peut pourtant pas totalement condamner, qu'on ne peut pas s'empêcher de prendre en pitié ; et Tom, déchiré entre ses envies de normalité et son amour pour son frère, qui aimerait se conduire en homme parfait mais qui au fond n'est qu'humain et à qui il arrive aussi de péter les plombs. Bref, je les trouve extraordinairement réussis et j'ai été captivée dès le début, j'aime la façon dont l'auteur a structuré ses chapitres (particulièrement les tous premiers). Je dois avouer que je ne m'attendais pas du tout à ça, en lisant l'extrait, et j'ai été vraiment agréablement surprise.
Je n'y connais, personnellement, pas grand chose voire absolument rien sur la schizophrénie (j'en serais encore à confondre ça avec les troubles dissociatifs de l'identité sans les 3 lignes sur le sujet dans mon cours de psychiatrie), j'aurais donc du mal à évaluer la cohérence ou la justesse de la représentation qui en est faite par l'auteur. Mais, de ce que je peux en juger, ça me semble plausible, et S. a l'air bien informée sur le sujet. En tous cas, j'aime la façon dont elle le traite que je trouve aussi crédible qu'intéressante. On y croit, on est embarqué aux côtés des personnages et on découvre ce monde étrange et insondable qu'est l'esprit de Jimmy.

Abysm est un récit secouant... que je ne peux que vous recommander, surtout si vous aimez bien disséquer la psychologie des personnages.

Critique réalisée sur 7 chapitres.
 

ABYSM de S.

Tags : A. - Abysm. - Hématologie. - Malade. - Diagnostic rendu. - Anda. - Tear. - Hypertrophie.

CAN'T IMAGINE de LOUISE. 15/07/2014

CAN'T IMAGINE de LOUISE.

CAN'T IMAGINE de LOUISE.

 
NOM DU PATIENT : LOUISE
NUMERO DE CHAMBRE : 014
ETAGE : HÉMATOLOGIE
STATUT : MALADE

CAN'T IMAGINE de LOUISE.


« Une histoire improbable. On se dit toujours que ce genre de chose n'arrive qu'aux autres, jusqu'au jour où ça nous arrive vraiment. Un rêve ? Non. Juste la réalité. Et la chance. »

CAN'T IMAGINE de LOUISE.

CAN'T IMAGINE de LOUISE.

Me revoici pour une nouvelle critique, cette fois-ci imposée. Comme à peu près toutes les fictions que je dois lire dans le cadre du challenge, Can't imagine est une fanfiction One Direction. Voici donc mes impressions.

Je trouve que la présentation est un peu trop sobre; ceci est une romance, je rajouterai donc un peu plus de couleurs pour rappeler ce genre. Les images nous permettent cependant d'avoir un petit aperçu du chapitre -et, placé à la fin des chapitres, on ne risque pas d'être spoiler. La police est, quant à elle, assez grande et lisible pour nous permettre une lecture aisée et agréable. Par contre, je dois avouer que par rapport aux tags, je trouve presque inutile de mettre ceux qui « résument » le chapitre. Cela reste cependant personnel -tout comme cet avis. Et, enfin, j'aime l'idée de rajouter des articles qui puissent permettre aux lecteurs de mieux connaître tes personnages, et peut-être devrais-tu en rajouter.

Je me centre à présent sur l'orthographe et le style. J'ai trouvé quelques fautes, notamment des homonymes ou bien encore des verbes mal conjugués (attention aux participes passés, la grande faiblesse de la plupart des auteurs amateurs sur la toile !). Si tu ne sais pas quelle terminaison mettre à ton participe passé, mets-le au féminin. Cela devrait pouvoir t'aider.
Certaines phrases sont légèrement maladroites, ce qui rend ton style parfois entrecoupé. Certaines expressions se répètent également -là, c'est un effet redondant qui s'ajoute à cette maladresse. Essaie donc de relire tes premiers chapitres pour pouvoir corriger tes fautes et ces phrases mal formulées. J'éviterais également de « parler » à tes lecteurs en formulant des questions qu'ils se doivent d'eux-mêmes de répondre par leur propre expérience.

Je terminer par l'histoire en elle-même. Je trouve très peu crédible qu'Olive ne connaisse pas les One Direction. En étant à Londres (et ce même depuis peu) et si elle sort un minimum de chez elle, qu'elle regarde la télévision ou même qu'elle écoute la radio, elle saurait qui sont les One Direction et aurait bien en tête leurs visages. De plus, elle insiste sur le fait que certaines histoires sont d'un cliché monstre avant qu'elle ne vienne à s'abonner à un site pour connaître tous leurs faits et gestes ?
Niveau clichés, on en retrouve également dans cette histoire. Après seulement deux semaines de relation, Olive le rejoindrait dans sa tournée. Et sa mère, dans tout ça ? Qu'elle soit majeure ou pas, je pense que sa mère aimerait savoir pourquoi elle se précipite comme ça dans un pays qu'elle ne connaît pas et surtout avec un homme mondialement connu -et qu'elle connaît à peine, de plus !
Nonobstant, certains rebondissements (comme la fête dans le dernier chapitre, ou bien encore quand elle s'est fait attaquer) permettent à la trame -assez simple- de connaître un peu d'originalité. Le baiser, par exemple, s'est fait languir. Tu sembles également avoir fait des recherches ou bien tout simplement bien connaître Londres pour mettre d'aussi subtils détails. Il est également intéressant de voir le rôle des médias dans ton histoire. De bons points, donc, qui sont malheureusement éclipsés par des stéréotypes que tu décris justement dans ton histoire lors des premiers chapitres.

Critique réalisée sur 14 chapitres.

CAN'T IMAGINE de LOUISE.

Tags : C. - Can't imagine. - Hématologie. - Malade. - Diagnostic rendu. - Sunrise. - Bradycardie. - Pathomimie.

PAPIERS FROISSÉS de ALICE. 25/07/2014

PAPIERS FROISSÉS de ALICE.

PAPIERS FROISSÉS de ALICE.

 
NOM DU PATIENT : ALICE
NUMERO DE CHAMBRE : 007
ETAGE : HÉMATOLOGIE
STATUT : MALADE

PAPIERS FROISSÉS de ALICE.


« Tout le monde ne tombe pas amoureux au premier regard, ...

Il y a de cela des millions d'années, Platon a émit la théorie des âmes-jumelles. La possibilité que 1 et 1 puissent s'assembler et donner 1. Invraisemblable pour certains, véridique pour d'autres.
Chacun rencontre son âme s½ur d'une manière différente. Quelques-uns ne la verront probablement jamais. Alors estimez vous heureux si, comme Harry, vous avez la chance d'être un jour à ses côtés.

L'histoire d'Harry est peu commune, mais elle existe néanmoins certainement quelque part sur cette terre.

... Harry est tombé amoureux au premier bout de papier. »

PAPIERS FROISSÉS de ALICE.

PAPIERS FROISSÉS de ALICE.

Me revoici pour une nouvelle critique, de nouveau pour le cadre de Les fictions de l'été. J'en ai profité que cette histoire soit inscrite sur mon répertoire pour la lire et ainsi lui offrir une critique qui, je l'espère, pourra l'aider à s'améliorer et à voir les points forts, comme les points faibles, de son récit.

J'aime beaucoup l'habillage et tes montages. Tu rappelles souvent le titre de ton histoire, ce qui est une bonne chose. Tu soignes la présentation et tu fais en sorte que chaque détail compte. Tu prends soin de ton blog, et ça se voit. C'est d'ailleurs l'une des raisons pour lesquelles je t'ai proposée de t'inscrire sur HR.
Il n'y a pas grand-chose à dire de mauvais à propos de la présentation. Tes textes sont justifiés, la taille assez grande pour nous permettre une lecture agréable. Peut-être n'est-il pas nécessaire de sauter une ligne à chaque dialogue -mais ce n'est qu'un détail, et qui est subjectif.

J'ai retrouvé quelques fautes, principalement de conjugaison. Attention également lorsque tu conjugues tes verbes au passé simple: la première personne du singulier n'est pas « je regarda » mais « je regardai ». J'ai retrouvé à de nombreuses reprises cette faute assez grave. Essaie également de faire attention à ne pas confondre le passé simple et l'imparfait. De nouveau, c'est assez courant de croiser ce genre de fautes en lisant tes chapitres. J'ai également remarqué que tu mettais certains mots au pluriel alors qu'il devrait être au singulier.
Néanmoins, j'ai trouvé le style plutôt bon. Encore un peu maladroit et hésitant, mais je pense que ça ne pourra aller qu'en s'améliorant au fil des chapitres. Relis-toi pour tenter de retrouver les fautes dont je t'ai parlé un peu plus tôt mais également pour retrouver certaines phrases qui pourraient être maladroitement construites et/ou formulées.
Attention également à ne pas partir dans des formules trop philosophiques, à moins que tu ne cherches à baser ton écrit sur cela. Les paragraphes que tu places à la fin de tes chapitres sont beaux et ont une certaine morale, mais je trouve dommage qu'il n'y ait pas plus de lien entre ces paragraphes en italique et le contenu du chapitre. À moins que tu n'aies en tête quelque chose de précis pour ces fins de chapitres ? Cela serait intéressant -mais le contraire serait presque décevant. N'hésite donc pas à y penser si tu n'y avais pas songé auparavant !

Enfin, j'ai bien aimé ce que j'ai pu lire. C'est peut-être un peu lent, mais peut-être est-ce parce que tu souhaites tout d'abord installer l'intrigue principale et les personnages principaux. Les caractères de tes personnages restent encore un peu flou, malgré le fait que tu prennes le temps de décrire chaque protagoniste; malgré tout, on se fait plus ou moins une idée de comment ces derniers sont et comment ils vont réagir.
Cette idée de petits bouts de papiers est intéressante et originale. Je me demande comment tu comptes manier cela mais surtout faire en sorte que cela donne quelque chose de cohérent mais de surprenant à la fois (non je ne suis pas du tout difficile, aha). Je me doute déjà de qui est cet inconnu (Louis ?), quelques indices m'ayant permis de le reconnaître -après, je peux encore me tromper. Garder l'anonymat est d'ailleurs une bonne chose, cela permet de tenir en haleine tes lecteurs. Une bonne chose, donc !
J'aime bien le chat (commentaire inutile, bonjour). Mais je trouve qu'il a une place importante dans l'histoire. Cela montre que, petit à petit, Harry est en train de changer. Après tout, juste après avoir adopté cette petite boule de poils, il se décide à se socialiser un peu. C'est tout bête, mais cela permet presque de voir une certaine ascension dans la personnalité d'Harry.

En somme, une histoire intrigante, dont l'action est un poil trop lente, mais qui n'est pas sans surprendre le lecteur.

Critique réalisée sur 6 chapitres.

PAPIERS FROISSÉS de ALICE.

Tags : P. - Papiers froissés. - Hématologie. - Malade. - Diagnostic rendu. - Sunrise. - Tachycardie. - Pathomimie.